Search
L'éditorial
Mardi 19 Juin 2018
Journal Electronique

Une mise à niveau tous azimuts

«Mais comment faisions-nous avant ?», s’interroge une pub en s’extasiant devant les innovations présentées. Il est inutile de renouveler l’interrogation à propos des technologies de l’information et de la communication. C’est très simple, nous ne pouvons plus faire comme avant. Nous vivons dans un monde connecté, qui le sera davantage chaque jour qui passe, et cette addiction est incurable. Au vu de la situation actuelle, on pourrait penser que l’Algérie s’y est prise en retard. Paradoxalement, non. L’Algérie a été ainsi parmi les premiers pays à s’intéresser aux télécommunications satellitaires et à l’informatique, science encore balbutiante à l’époque. Mais depuis, la révolution numérique a bouleversé le monde, et l’Algérie s’est retrouvée substantiellement distancée pour diverses raisons. Mais tout cela, c’est de l’histoire. L’essentiel est que l’Algérie s’est lancée depuis plusieurs années dans un processus de mise à niveau technologique de ses infrastructures de communication. Résultat : le pays dispose aujourd’hui d’un dense réseau de fibre optique qui irrigue tout son territoire, desservant y compris les localités les plus reculées dans le Sahara. Il peut se targuer également de posséder un satellite dédié aux télécommunications qui entrera en service dans quelques semaines, selon les récentes déclarations de la ministre Houda Imane Feraoun qui souligne, par ailleurs, la mise en exploitation prochaine de deux câbles sous-marins connectant l’Algérie au reste du monde. Il y a mieux, les secteurs de l’éducation et de la santé pourront bientôt bénéficier des services d’Alcomsat 1. Le gouvernement a, en effet, alloué 10 milliards de dinars à cette opération, de sorte que 36.000 établissements seront connectés par le biais de ce satellite. Par ailleurs, le projet de doter les commerçants de terminaux de paiement électronique (TPE) s’est révélé une bonne opportunité sur le plan industriel, puisque c’est l’entreprise publique Enie qui est chargée de fabriquer les millions d’équipements nécessaires. Les progrès sont donc là, et, bientôt, le citoyen lambda pourra les apprécier à travers l’amélioration de sa connexion Internet et de tous les services qui en dépendent. Ce ne sera certainement pas la plus rapide au monde, chacun de nous sera content de quitter le peloton de queue que l’Algérie ne mérite assurément pas, même dans les classements bidon.
Horizons

l’école de demain

Le monde n’est déjà plus celui du XXe siècle et les avancées scientifiques et les nouvelles technologies qui se profilent annoncent des bouleversements que seules les générations préparées à les recevoir pourront en tirer opportunité, du moins s’en accommoder sereinement. L’école joue un rôle fondamental dans ce cadre, mais les choses étant ce qu’elles sont, aucun pays au monde n’échappe à l’impératif de réformer son système éducatif, l’Algérie pas plus ni moins que les autres. Sous l’impulsion du président de la République, depuis 2003, le système éducatif national est en phase de reconstruction, et chaque action à entreprendre est planifiée, jusqu’en 2030, avec comme objectif ultime d’asseoir un enseignement de qualité, sans porter atteinte au sacro-saint principe de sa démocratisation. Le système éducatif souffre, en effet, de multiples dysfonctionnements qui s’expriment à travers la déscolarisation, le taux d’échec et la déperdition scolaire, dont sont d’ailleurs surtout victimes les garçons, sans compter le faible taux de réussite au bac notamment. La loi d’orientation, promulguée en janvier 2008, est un important jalon dans ce processus de réforme, qui précise les différents défis à relever. Il s’agit d’abord de la refonte pédagogique, clef de voûte de ce processus de réforme, qui met fin aux méthodes d’abrutissement de l’élève et lui propose des contenus qui titillent son intelligence, concomitamment à la redéfinition d’une identité nationale plus consensuelle, en n’occultant aucune dimension de la personnalité algérienne, désormais définie par les trois constantes que sont l’amazighité, l’arabité et l’islamité. La bonne gouvernance est le second challenge à relever, en raison des importants effectifs (élèves et enseignants) à gérer, qui rendent inévitable l’adoption des modes de management modernes et des technologies les plus en pointe, sans oublier la multitude des syndicats qui sont des partenaires incontournables. Enfin, le dernier défi, et ce n’est pas le moindre, consiste en la professionnalisation des personnels de la formation. Réformer l’école n’est pas un long fleuve tranquille. Long oui, tranquille non, comme l’a expérimenté la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, dans l’exercice de ses fonctions. Mais il est des combats qui doivent être menés, car vitaux pour le devenir de la nation.
 Horizons

Le geste vert

La célébration de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification, décrétée en 1994 par les Nations unies, est l’occasion de sensibiliser les populations aux défis que posent la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse. Cela rappellera certainement aussi aux Algériens que la majorité du territoire de leur pays est un désert et que les régions encore épargnées par le phénomène de la désertification restent gravement soumises à ses conséquences. Car si cet aléa est certes naturel, il n’en demeure pas moins que l’action humaine est déterminante dans son accélération,  comme dans la réduction de la vitesse de sa propagation. En prendre conscience est une importante étape, car les conséquences de ce phénomène ne se résument pas uniquement à l’impact négatif sur le paysage naturel, mais s’étendent également à l’économie. Le slogan retenu par les Nations unies (La terre a de la valeur, investissez-y) est d’ailleurs assez parlant, comme celui brandi par les pouvoirs publics résumant de manière expressive la problématique telle qu’elle se pose à l’Algérie : lutter efficacement contre la désertification, c’est gérer durablement la terre, nourrir la planète, stabiliser la population au service de la souveraineté nationale. En effet, la désertification, en aiguisant les contraintes naturelles, réduit les possibilités des populations à se nourrir convenablement et les chasse finalement de leurs territoires, provocant un exode rural pesant sur les autres régions du pays et, parfois, des migrations encore plus préoccupantes sur les plans géo-sécuritaire et sanitaire. Pour l’Algérie donc, il est impératif d’abord de prémunir ses terres agricoles contre les effets néfastes de la désertification et de la sécheresse et de restaurer ensuite les terres dégradées afin de préserver ce potentiel essentiel pour assurer l’alimentation dans la sécurité de sa population, d’offrir des débouchés en matière d’emploi à sa jeunesse, mais également se ménager une source de revenus en devises fortes pour repousser sa dépendance à la rente pétrolière. C’est un moyen efficace de préserver la souveraineté nationale et la stabilité sociale. L’ambition affichée par les pouvoirs publics est ainsi de parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres d’ici à 2030. Mais il ne faut certainement pas s’arrêter à cet impératif et avoir une vision plus large en projetant l’image d’une Algérie plus verte. Ce n’est point un luxe, car les retombées positives sont incommensurables sur l’accroissement des potentiels agricole et touristique, et, in fine, sur l’apaisement des tensions sociales et le bien-être des populations.

 Horizons

Mabrouk Aïdkoum

A l’instar des autres musulmans, les Algériens accueillent la fête de la fin du mois sacré du Ramadhan dans la quiétude et la sérénité. Une tradition tournée vers les réjouissances familiales, avec une place d’honneur pour les enfants, comme de coutume, au prix d’un sacrifice des parents pour honorer ce rendez-vous sociocultuel. La fête est au rendez-vous cette année avec un mois sacré accompli dans des conditions bien clémentes. A commencer par les prix des produits de large consommation qui n’ont pas fait dans les sautes d’humeur, n’en déplaise aux tenants d’un récurrent alarmisme qui rabâchent chaque année, en pareille circonstance, un discours enflammé sur une explosion des prix. La disponibilité des produits de consommation courante tend de ce fait à devenir une situation de normalité, traduisant ainsi l’effort des Algériens et des Algériennes qui ont su, ces dernières années, faire bouger les lignes de performance de nombreuses productions. Le débat actuel sur les produits d’exportation et les quelques péripéties dues en apparence à des lacunes de management en sont la parfaite illustration. Le mois de Ramadhan a également été assez serein sur le front social avec, certes, encore des mouvements sociaux, notamment celui des médecins résidents, mais pas plus que dans n’importe quel pays où les acteurs sociaux et politiques divergent autour de questions socioprofessionnelles et mettent du temps à parvenir à un compromis conciliant. Le ciel s’est également mis de la partie pour offrir aux Algériens un Ramadhan agréable, fait de temps clément, de douceur, avec beaucoup de précipitations, signe de bienfaits à venir. Une stabilité bien retrouvée, une prospérité en pleine relance, autant de bonnes choses que l’on espère voir durer pour le bonheur du peuple algérien auquel Horizons souhaite un Aïd Moubarek.
 Horizons

Un Ramadhan serein

Les Algériens ont toujours attendu le Ramadhan avec appréhension. Celui de cette année n’a pas fait exception, tout en se singularisant. Les appréhensions commencent avec la nuit du doute. Cette simple incertitude autour de l’apparition du croissant lunaire, dont la visibilité dépend de paramètres naturels, qui peuvent être tout aussi bien levés en faisant confiance à la science calculatoire, instille un doute aux visées plus dangereuses qui veut porter atteinte à l’identité religieuse du pays. C’est aussi l’appréhension de la sempiternelle provocation des non-jeûneurs au nom de la liberté de conscience, sans oublier celles des gardiens autoproclamés de la morale. Pourtant, cette année, la mayonnaise n’a pas pris car les Algériens ont ignoré ces polémiques stériles. Reste les soucis «normaux», celui du jeûneur sevré de son café-presse ou de sa cigarette matinale, celui du malade chronique qui veut absolument jeûner, ou du boulimique ou de celui intoxiqué suite à la consommation d’un produit non identifié qui finit aux urgences après la rupture du jeûne. Mais il fut un temps où ces considérations paraissaient bien dérisoires. Chacun se rappelle, en effet, que le Ramadhan pendant la décennie 1990 annonçait une sanglante recrudescence des assassinats et des attentats à la bombe qui faisaient indistinctement des victimes parmi tous les Algériens, jeûneurs ou pas, pratiquants ou non et de quelque bord politique qu’ils soient. Ni les jours ni les nuits du Ramadhan n’avaient rien de serein. La paix est revenue grâce à l’initiative salvatrice du président de la République. Mais ce n’était qu’un prélude. Le terrorisme avait laissé l’espace public en héritage à la criminalité, combattue sans relâche par les services de sécurité. Aujourd’hui, la violence, sous toutes ses formes, a drastiquement été réduite. Bien sûr, délinquants et hurluberlus font toujours partie de notre paysage, incapables de réveiller notre vieille angoisse, comme la capacité de nuisance des Cassandres, qui s’amenuise devant l’impatience et la passion de vivre des Algériens. Précieuses, la paix et la sécurité sont indispensables au bien-être de tout un chacun. Le bonheur serait un peu plus complet, si étaient réduits les incendiaires qui mettent le feu aux prix des fruits et légumes et si les parents pouvaient ne pas se saigner pour habiller de neuf les enfants le jour de l’Aïd. C’est juste une question de pouvoir d’achat. Mais y porter atteinte est aussi une forme de violence. A combattre et même avec plus de rigueur.
 Horizons

Santé

Environnement

Société

Destination Algérie

Culture

Sciences et Technologies

Histoire

Medias

    • Télédiffusion via Alcomsat 1 : convention entre TDA et l’Agence spatiale algérienne

      Le ministre de la Communication, a présidé, lundi, la cérémonie de signature d’une convention cadre entre la TDA (télédiffusion d’Algérie) et l’Agence spatiale algérienne (ASAL) dédiée à l’exploitation du satellite Alcomsat-1 pour les besoin, de télédiffusion.

L'agenda

Ministère de la Jeunesse et des Sports

Le Ministre de la jeunesse et des sports M. Mohamed Hattab effectuera mardi une visite du travail et d'inspection dans la Wilaya de Blida. Le départ aura lieu à 7h30 du Ministère.

 

Ministère de la Santé

le Ministère de la Santé de la Population et de la Réforme Hospitalière organise le 21 juin 2018 à 9h au niveau de l'Institut National de Santé Publique (INSP) une conférence de presse sur Dans le cadre du programme de sensibilisation contre les toxi-infection alimentaire collectives durant la saison estivale.

 

APN

L'assemblée Populaire Nationale poursuivra mardi ces travaux en science plénière consacrée a la présentation et débat de la loi de finances complémentaire de l'année 2018.

 

Ministère de la Formation Professionnels

Le Ministère de la formation et de l'enseignement professionnels organise le 25 juin 2018 au Cercle Militaire Beni Messous Alger une cérémonie d'installation de conseil de partenariat pour la formation et l'enseignement professionnels.

 

 

Conseil de la Nation

Le conseil reprendra mardi à 14h, ses travaux en séance plénière, consacrée à la présentation et au débat du projet de loi modifiant et complétant portant Code de justice militaire, et les réponses du représentant du gouvernement, aux questions des sénateurs.

 

Ministère de l'éducation nationale

La ministre de l'éducation nationale M. Nouria Benghabrit, procédera le 20 juin au lancement de l’examen du baccalauréta, session 2018 à partir des wilayas de Tébessa et de khenchela .

 

 

Ministère des Moudjahidines

Le ministre des moudjahidines, M.Tayeb Zitouni effectuera le mardi, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Mascara.

 

 

Centre de développement des Energies Renouvelables

A l’occasion de la célébration du solstice d’été 2018, et la commémore ses 30 années de recherche scientifique et de développement technologique, le CDER organise le 21 juin à Bousmaïl , une cérémonie afin d’honorer les meilleures productions scientifiques et réalisations technologiques au niveau national.

 

 

Musée national du moudjahid

À l'occasion de la célébration du 62ème anniversaire de la mort d'Ahmed Zhana dit Zabana, (19 juin 1956/ 2018 Musée national du moudjahid organise une conférence historique sur le chahid de la glorieuse guerre de Libération nationale.  

 

Salon national E-commerce

Le Salon national du E-Commerce et du paiement électronique se tiendra du 23 au 25 juin au Palais de la Culture Moufdi Zakaria.

 

 

Forum El Moudjahid

Dans le cadre de la journée nationale des condamnées à mort, le forum de la mémoire, en coordination avec l’association Machaal Echahid, organise mardi à 10h, un hommage aux moudjahidate condamnées à mort.

 

RND

Les travaux de la 5ème session ordinaire du Conseil national du Rassemblement national démocratique (RND) sous la présidence de son secrétaire général, M. Ahmed Ouyahia , auront lieu le 21 juin à partir de 9h à la Mutuelle générale des matériaux de construction de Zéralda .

La séance de clôture aura lieu le 22 juin à 10h.

Une conférence de presse aura lieu le 23 juin à9h30 au siège du parti , elle sera animée par son secrétaire général, M. Ahmed Ouyahia .

 

Photo news
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Tremblement exercice de terre
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia

Football

Sports Divers

Reportage

PATRIMOINE

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept