Imprimer

L’effort national à l’épreuve de la pandémie

La riposte s’organise rapidement et efficacement. Face à la pandémie qui avance à un rythme alarmant, comme l’a indiqué le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, l’urgence de la mobilisation de tous les moyens humains, matériels et financiers ne fait aucun doute sur la volonté de l’Etat de tout mettre en œuvre, et les capacités existent, pour sortir de la crise sanitaire d’une rare intensité. «L’Algérie va se débarrasser de cette pandémie tôt ou tard», a lancé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, supervisant l’opération de livraison de la première commande des moyens de protection arrivée de Chine à bord de
2 avions-cargos de l’Armée nationale populaire. Elle porte sur un lot de 8,5 millions de masques chirurgicaux de type plis et 100.000 masques FFP2. D’autres commandes vont bientôt arriver pour renforcer le dispositif de prévention et de protection qui s’inscrit dans la démarche prônée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, révélant, lors de la rencontre avec les responsables des médias nationaux, le programme d’importation de 100 millions de masques et de 30.000 kits de dépistage. Dans l’effort de guerre contre la pandémie, marqué du sceau indélébile de la traditionnelle solidarité algéro-chinoise transcendant les rivalités occidentales d’une rare férocité, l’Etat se donne les moyens de lutte appropriés avec la certitude de s’en sortir avec le «minimum de préjudice». Le recours au traitement à la chloroquine, prescrit à 600 patients sous haute surveillance médicale, soulève une lueur d’espoir attestée par les résultats satisfaisants enregistrés dans plusieurs pays. Il y a à espérer davantage de l’élan de mobilisation de toutes les composantes de la société et de la chaîne de production nationale aux potentialités insoupçonnées. De Saidal à l’Enie (Entreprise nationale de l’industrie électronique), en passant par les centres de formation et les centres de recherche, les initiatives se multiplient pour atténuer la tension sur les hôpitaux et satisfaire les besoins du corps médical présent admirablement en première ligne du combat contre l’ennemi invisible. Le lancement par l’Enie de la production d’insufflateurs et de respirateurs, en remplacement de l’intervention manuelle d’assistance médicale, est réellement encourageant dans la consolidation de l’effort national et l’élan de solidarité érigé en rempart contre une pandémie dévastatrice.
 Horizons