L'éditorial
Search
Mercredi 21 Août 2019
Journal Electronique

La fin des diktats  

Le temps est désormais compté. Face à une impasse aux conséquences politiques, économiques, et sociales porteuses de graves périls sur l’Etat- nation, le devoir de dialogue s’impose. Et il faudra aussi aller vite vers la solution démocratique en couronnement de tous les acquis enregistrés depuis le démantèlement de la bande démasquée, livrée à la justice et néanmoins couvée à l’ombre du hirak infiltré par des résidus passés maîtres dans l’art de jeter l’opprobre et la calomnie dont des figures emblématiques du hirak ont fait les frais. «De telles méthodes et thèses sont catégoriquement rejetées, car l’Algérie a besoin aujourd’hui de ceux qui se sacrifient pour elle et qui élèvent l’intérêt suprême de la patrie au-dessus de toute considération, de ceux qui font preuve d’intégrité, de sagesse, de sérénité et de clairvoyance, ceux qui haussent le niveau du débat et s’élèvent au-dessus des questions secondaires et s’écartent de la surenchère, car il s’agit de l’avenir du peuple et du destin de la nation», a martelé le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), lors de la cérémonie organisée en l’honneur des meilleurs lauréats des cadets de la nation au baccalauréat et au BEM, session juin 2019. Le temps des diktats, antinomiques avec les vertus du débat démocratique et du pluralisme pleinement assumé, est une hérésie qui défie toutes les valeurs de la démocratie fondamentalement consacrée par le recours aux urnes du choix populaire souverain. Il n’y a pas d’autre issue que la tenue, dans les plus brefs délais, de l’élection présidentielle au cœur du dialogue inclusif et constructif mené par l’instance de médiation. «Il n’est plus question de perdre davantage de temps», a poursuivi le chef d’état-major de l’ANP, validant, au passage, «une approche empreinte de rationalité dans sa présentation, de logique dans son traitement et de réalisme dans l’accompagnement du peuple algérien et des institutions de l’Etat». Des lignes rouges, inhérentes à la défense des institutions de l’Etat et de la Constitution, ont été dressées contre les «relais de la bande» et certains porte-voix prêchant le vide constitutionnel et institutionnel et brandissant des préalables pour «compromettre les efforts des responsables intègres et dévoués» et en définitive torpiller le processus électoral.
Horizons

Le dialogue comme vertu

Le dialogue est la seule voie, voire l’unique option salutaire pour surmonter la crise que traverse notre pays depuis le 22 février dernier. Plus qu’une position consensuelle qui fédère l’ensemble de la scène politique et les forces influentes de la société à tous les échelons, cette option est l’unique voie pour permettre à l’Algérie de sortir de la crise. Par essence, le dialogue, dont l’objectif final est le retour à la normalité institutionnelle, ne peut être, dans l’état actuel des choses, un tremplin pour des ambitions étriquées. Conditionner la participation au dialogue par des préalables est une façon indirecte de faire perdurer la phase actuelle, sans mesurer pour autant les conséquences qui en découleront. Dans son allocution prononcée hier lors d’une cérémonie qu’il a présidée en l’honneur des meilleurs lauréats des cadets de la nation au baccalauréat et au BEM, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd- Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, est revenu sur l’ébauche du dialogue initié ces derniers jours par un panel de personnalités nationales, rappelant qu’il s’agit de réunir les conditions idoines pour la tenue de la présidentielle dans les plus brefs délais. La tenue de ce scrutin est en soi une urgence nationale qui exige de toutes les forces agissantes du pays un sursaut patriotique, en laissant de côté tout calcul secondaire dès lors que seul le futur président de la République élu au suffrage universel peut donner corps aux aspirations populaires. Pour le général de corps d’armée, l’ANP poursuivra, sans relâche ni ambition politique, ses missions historiques dans l’accompagnement du peuple algérien dans sa marche vers un avenir meilleur. Evoquant certains des préalables émis sur la scène politique, particulièrement l’allègement du dispositif sécuritaire et la libération de détenus, le chef d’état- major de l’ANP a été on ne peut plus clair, rappelant que seule la justice est souveraine de la décision, conformément à la loi, concernant les individus qui se sont pris aux symboles et aux institutions de l’Etat et ont porté outrage à l’emblème national. En somme, la solution pour surmonter la crise existe et les conditions de sa concrétisation résident dans un dialogue serein et sans arrière-pensées.
 Horizons

Le temps du patriotisme

La nouvelle Algérie renoue avec les bonnes traditions de médiation et de dialogue qui furent ses vertus internationalement consacrées pour le règlement pacifique des crises régionales et internationales. Il est tout à fait légitime de s’inscrire résolument dans un héritage aussi fructueux, lorsque le destin national et le devoir d’Etat l’exigent pour assurer la «normalité» institutionnelle et constitutionnelle. L’initiative appréciable du panel des personnalités, mue par l’appel patriotique des dignes enfants de l’Algérie novembrienne, façonne le «consensus le plus large» conforté par le ralliement du jeune Yacine Boukhnifer, issu du mouvement citoyen du 22 février, par ailleurs représenté par l’économiste Smaïl Lalmas, par-delà les errements d’autres figures de proue et les anathèmes d’une minorité qualifiant de «traîtres» les alliés d’hier. La commission indépendante des 6+1, «souveraine dans ses décisions», travaille à l’élargissement de la sphère du dialogue avec «tous les acteurs de la société civile, les partis politiques, les personnalités nationales et les jeunes et militants du hirak à travers toutes les wilayas du pays pour aboutir à une réflexion commune sur la voie de la sortie de crise», a souligné le communiqué dévoilant le plan d’action à l’issue de la première réunion. Tout naturellement, un appel pressant a été lancé à la famille novembrienne, entre historiques et personnalités influentes, pour «répondre à l’appel de la patrie» et rejoindre la voie du dialogue national inclusif impliquant nécessairement la communauté nationale établie à l’étranger. Un collectif qui s’affirme non corporatiste, non confessionnel, non militant et à but lucratif compte apporter une «expertise d’usage», comme c’est le cas aussi des compétences en Algérie, pour participer «activement» à l’amorce d’une solution consensuelle. Toutes les portes sont ouvertes pour l’adoption d’une feuille de route qui fera l’objet d’un débat approfondi dans des rounds de dialogue et sera présentée à la conférence nationale «souveraine», dont les décisions sont «contraignantes» pour les pouvoirs publics.
 Horizons

Le devoir d’Etat 

Le panel des personnalités reçu il y a trois jours par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, a tenu sa première réunion sous le sceau de l’urgence. «Conscient de l’ampleur du blocage que vit le pays», le groupe des 6 s’attelle à dégager un plan d’action pour la conduite du processus du dialogue inclusif proposé par le chef de l’Etat dans son discours prononcé le 3 juillet à l’occasion de la double célébration de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse. Plus qu’une simple option sujette à quelques coquetteries de salonnards, le dialogue national véhicule un devoir d’Etat confronté à des tentatives de déstabilisation d’une minorité embusquée dans le mouvement du 22 février et mobilisée pour imposer au moyen du chantage la mise entre parenthèses des institutions constitutionnelles et institutionnelles. Il s’agit effectivement d’une exigence stratégique, défendue par la classe politique dans son écrasante majorité, y compris les représentants des partis de l’opposition émettant de sérieuses réserves. Mais il est globalement admis que le dialogue, en moyen civilisationnel de règlement de crise, permet un débat démocratique et une confrontation d’idées ou de visions. Si les divergences persistent, le passage par le dialogue fait consensus, autant que l’est d’ailleurs la nécessité de faire prévaloir la solution constitutionnelle et l’organisation de l’élection présidentielle le plus vite possible. Toutes les garanties de neutralité de l’Etat confortent une démarche conduite par des personnalités crédibles et indépendantes appelées à faciliter le dialogue pour favoriser le «consensus le plus large» et définir les modalités d’organisation de l’élection présidentielle qui sera assurée, dans toutes ses phases, par une instance indépendante. Elle est défendue par l’ancien président de l’Assemblée nationale qui conduit le panel des six qui ne sont «ni les représentants du hirak ni ses porte-parole». Seulement, fera-t-il savoir, «nous accomplissons une mission que nous avons choisie de notre plein gré et en toute liberté et au service de notre chère patrie, et nous n’attendons aucune contrepartie sinon que notre pays retrouve son processus naturel dans un climat d’apaisement». C’est ce devoir patriotique qui interpelle les personnalités influentes soucieuses du devenir et de la stabilité de l’Algérie qui a d’autres défis à relever.
 Horizons

Destin commun

La Tunisie pleure l’architecte, en moderniste convaincu, d’une transition démocratique érigée en modèle de réussite dans le contexte du «printemps arabe» chaotique. La disparation du premier Président élu démocratiquement au suffrage universel a suscité une déferlante humaine, en reconnaissance de la contribution décisive au redressement national d’un symbole qui «appartient au peuple tunisien». Cette forme d’appropriation traduit un attachement au jeune militant engagé dans le combat pour l’indépendance nationale et un acteur-clé de la nouvelle Tunisie en marche vers son nouveau destin. La fierté des Tunisiens se mesure à l’aune des conquêtes réalisées par le président Béji Caïd Essebsi participant activement à la consolidation des institutions démocratiques, à l’enracinement de la réconciliation nationale minée par les divergences de la classe politique, au retour à la stabilité et à la lutte sans concession contre le terrorisme destructeur révélé par l’assaut de Ben Guerdane, assimilé à l’attaque de la caserne de Guemmar, et les attentats contre la station balnéaire de Sousse et le musée de Bardo, vécus, à une échelle plus importante, par le peuple algérien durant la décennie sanglante. Le destin commun, conforté par le devoir de solidarité et des liens de fraternité, scelle une convergence historique des deux peuples unis par les défis politiques et sécuritaires régionaux. Aux côtés de la Tunisie, en toutes circonstances, l’Algérie partage la même douleur ressentie par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, présent à Tunis pour assister aux obsèques du défunt Président et décrétant un deuil national de 3 jours. Dans un message de condoléances adressé au gouvernement tunisien et à la famille du défunt, le chef de l’Etat a salué son militantisme dans les mouvements maghrébins de libération et son engagement dans l’édification d’une Tunisie unie et forte. La marche vers la démocratie se poursuit pour perpétuer le renouveau marqué du sceau de la transition «rapide», dont les Tunisiens se disent fiers et plus que jamais attachés à la solution constitutionnelle garante de la stabilité durement arrachée. L’élection présidentielle, initialement prévue le 17 novembre et à laquelle le président Essebsi a déclaré sa volonté de ne pas y participer, se déroulera probablement le 15 septembre, selon la porte-parole de l’Instance supérieure indépendante chargée d’organiser les élections. Il appartient au nouveau chef de l’Etat, Mohamed Ennaceur, de veiller au respect des dispositions constitutionnelles. Une présidentielle au plus vite, telle que voulue par le peuple tunisien, la société civile et la classe politique.

Horizons

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence sur Zighoud Youcef au Musée du Moudjahid : Le « sauveur» de la révolution

      Les événements du 20 août 1955 auraient «sauvé» la révolution, selon Mohamed Guechoud . Lors d’une rencontre, Mardi, au musée du Moudjahid, ce membre de l’ALN a rappelé qu’à cette période la révolution passait par une phase difficile, suite à la mort et l’arrestation d’un bon nombre de leaders du FLN, dont des membres du groupe des 22. «C’est ce qui a compromis la stratégie de lutte suivie jusque là. La France coloniale avait mobilisé toutes ses forces dans la région des Aurès, pensant que c’était le fief de la révolution», a-t-il expliqué. « Très vite, elle a mis la région sous- embargo, rendant difficile la communication entre les chefs de la révolution et l’acheminement du ravitaillement», a-t-il renchéri.

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de la Solidarité
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, présidera, le  1 er  Août  à 11h, un déjeuner en l’honneur des pèlerins pris en charge par la présidence la République, choisis parmi les familles les plus démunies issues de différents wilayas du pays.

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, sera au Caire, les 01 et 02 Août , pour participer aux travaux de la 3e session du Comité technique spécialisé sur la santé, la population et le contrôle de la drogue.

Ministères de l’Agriculture et des Ressources en eau
Les ministres de l’Agriculture et des Ressources en eau coprésideront, le 1er Août à 9h, à la wilaya de Mascara, une rencontre intersectorielle de la mise en œuvre du programme d’extension des superficies irriguées.

Ministère de l’Enseignement supérieur
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid, présidera, le 1er Août   à 9h, à la salle de conférences du ministère, les travaux de la conférence nationale des universités.

 

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 1 er  Août  à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 384e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

Etablissement arts et culture

L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger organise, jusqu’au 31 juillet à la galerie d’arts Aïcha-Haddad, une exposition collective avec les artistes Akila Saïm, Hani Benkaci, Abdeslam Cherfaoui et Nassima Abdoun.

 

Ministère de la Formation professionnelle 

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organise une campagne d’information et de sensibilisation pour les inscriptions de septembre 2019 et informe :
         - Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 septembre sur le site web  et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle.
         - Les journées de sélection et d’orientation : les 22, 23 et 24 septembre.
         - La proclamation des résultats :  le 26 septembre.
         - Rentrée officielle : le 29 septembre.

 

 Oref

L’Office Riadh El Feth organise, jusqu’au 31 juillet de 10h à 20h30 au cercle Frantz-Fanon, une exposition collective d’arts plastiques et de photographies d’art intitulée «Vue sur mer». 

Galerie Ezzou’Art

La galerie Ezzou’art abritera jusqu’au 31 juillet un vernissage de l’exposition «Voyage à travers l’art», de l’artiste peintre Aïcha Khodja Semar.

Office Riadh El Feth

L’Office Riadh El Feth organise jusqu’au 31 juillet au cercle Frantz-Fanon de 10h à 20h30, une exposition collective d’arts plastiques et photographies d’art intitulée «Vue sur mer.»

 

Algérie-Etats-Unis : 2e édition de l’université d’été de la Fondation AAF-CEST du 28 juillet au 3 août à Batna

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organisera, du 28 juillet au 3 août, à l’Université Mustapha-Ben Boulaïd de Batna, la 2e édition de l’université d’été de la Fondation algéro-américaine pour la culture, l’éducation, la science et la technologie (AAF-CEST), et ce, avec le concours du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Alger.

    

ONCI
L’Office national de la culture et de l’information lance son programme «l’été en musique» et organise du 1er au 5 août au Casif de Sidi-Fredj (Alger) :
-Cinéma en plein air dimanche et mardi.
-Spectacle varié au profit des enfants chaque mercredi.
Soirée artistique à 22h
Le 1er août : Cheb Houssem, Nadia Guerfi, Abdou Skikdi.
Le 2 août : Bilel Sghir, Mohamed Djefel, Nacir Naciro.

Salon des études à l’étranger
Le Salon des études à l’étranger organisé par Kaplan International se tiendra le 3 août de 9h à 19h à l’hôtel Holiday Inn de Chéraga, à Alger.

 

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le 1er août à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 384e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

TNA
Le Théâtre national algérien abrite, jusqu’au 3 août, la 9e édition du Théâtre du Sud.

Université Oran 1
L’Université Oran 1 Ahmed-Ben Bella et la Chambre de commerce et d’industrie d’Oran, à travers sa commission tourisme, organiseront, du 15 au 17 décembre à Oran, un colloque international sur les technologies de l’information au service du tourisme innovant de la ville d’Oran.

 

Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem- Bessaieh accueillera, les 14, 15 et 16 août prochains, le «Dzaïr Show». Plusieurs invités seront de la partie, dont Djam, Wary Nichen, Kader Bueno, Réda Seddiki, Malaika Belliard et Oumar Diaw. L’événement sera animé DJ R-One.

APC de Sidi M’Hamed
La commune de Sidi M’hamed organise, du 3 au 8 août, la semaine culturelle de Timentit Adrar à partir de 16h au parc de la Liberté.

 

SNTF : Nouveaux horaires sur la ligne Alger-Constantine
De nouveaux horaires seront mis en place à partir du 1er août sur la liaison de grande ligne Alger- Constantine, a indiqué hier la Société nationale des transports ferroviaires  (SNTF) dans un communiqué.
Concernant la ligne Alger-Constantine, le départ de la gare d’Alger est prévu à 7h25, tandis que l’arrivée est programmée à 14h49 en gare de Constantine. Quant à la ligne  Constantine-Alger, le départ a lieu à 6h40 et l’arrivée à Alger est prévue à 13h25

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept