L'éditorial
Search
Vendredi 18 Octobre 2019
Journal Electronique

La voie citoyenne

Le processus de dialogue prend de plus en plus d’épaisseur dans la quête d’un consensus national qui s’affirme dans une implication citoyenne. A Oran, l’installation d’un bureau de l’Instance de dialogue et de médiation, constitué d’«activistes du hirak» et de personnalités politiques syndicales et universitaires, traduit une volonté de démocratisation pour «entamer le dialogue et les discussions avec les différents acteurs locaux et les citoyens», a souligné le coordinateur du bureau, Noureddine Djellouli. Des représentants de la Coordination nationale de la société civile se sont engagés dans la consolidation d’un dialogue «sérieux et constructif». Au cœur de cette démarche, la voie citoyenne s’affirme en alternative à la crise des partis, toutes tendances confondues, disqualifiés par le hirak et minés par des turbulences internes. Plus de 3.000 participants des différentes régions et 300 associations ont été ainsi consultés en baromètre des pulsations de la société. Dans cette étape charnière, l’urgence d’une halte s’impose pour dégager une feuille de route consensuelle, intégrant les initiatives des formations politiques et les exigences de la société civile formulées dans les rounds de consultations. Il apparaît de plus en plus net que majoritairement le choix de l’élection présidentielle est «l’unique voie» de sortie rapide de la crise. Au bout d’un mois de larges et intenses consultations, la conviction du panel dicte les mesures d’apaisement, la révision de la loi électorale, la création d’une autorité nationale indépendante chargée de l’organisation et du contrôle du processus électoral «dans toutes ses étapes», l’application des articles 7 et 8 de la Constitution, la démission du gouvernement actuel. Ces propositions phare ont structuré la démarche consensuelle de l’Instance de dialogue et de médiation dans ses rencontres avec tous les acteurs politiques, l’élite, les représentants des organisations syndicales et professionnelles et des nombreux citoyens. Aux antipodes du nihilisme destructeur des tenants d’une transition longue et coûteuse, rejetée par une grande partie de l’opposition et de la société civile, de telles propositions peuvent constituer une base de dialogue constructif.
 Horizons

Renouer la confiance 

Finies les vacances, c’est bientôt la rentrée pour des millions d’élèves et d’étudiants. Si pour eux, c’est l’occasion de retrouver les copains, pour les parents, c’est un moment de stress et d’interrogations légitimes sur les conditions dans lesquelles leur progéniture abordera cette nouvelle année pédagogique. Leur souci primordial est d’être rassurés, en ces temps de fébrilité politique, que les écoles ouvriront effectivement leurs portes et que les enseignants répondront présent en dépit des chants des sirènes qui s’activent pour les détourner de leur mission pédagogique au profit d’une action que les Algériens, pour l’heure, réprouvent dans leur majorité. A cela viennent se greffer les classiques préoccupations de la surcharge des classes, qui rend parfois difficile l’inscription d’un nouvel élève à proximité du domicile familial, la disponibilité suffisante et en temps voulu des livres d’école ou la cherté des fournitures scolaires. Le mouvement citoyen a fait suffisamment preuve de maturité jusque-là pour autoriser une raisonnable assurance. Ainsi, en dépit des appels malintentionnés, les examens de la cinquième, du BEM et du bac se sont déroulés dans des conditions des plus apaisées. Et comme pour rendre la politesse au mouvement citoyen, le ministre de l’Education a annoncé que le cours inaugural de cette année traitera de la situation que vit actuellement le pays. Voilà qui va réconcilier quelque peu cette école, souvent décriée pour son fonctionnement autarcique et autiste à la culture et l’histoire nationales, avec la société réelle et contribuer à renouer la confiance entre le citoyen et son Etat. Au demeurant, les citoyens n’ont jamais douté des efforts consentis par l’Etat algérien pour honorer son engagement historique en matière de démocratisation de l’école. Le jour de la rentrée, plus de 9 millions d’élèves piafferont ainsi d’impatience devant les portails de leurs établissements respectifs, tandis que s’ouvriront pour la première fois 656 nouveaux établissements, à savoir 426 écoles primaires, 137 collèges et 93 lycées, à travers tout le pays. Bien évidemment, les chiffres ne sont pas tout. Il y a bien des chantiers à lancer pour que l’école algérienne fasse la fierté des Algériens. Mais à cœur vaillant, rien d’impossible. Le changement est en cours, l’école ne peut décemment rester en retrait.
Horizons

La fin des tutelles 

Plus de 6 mois après les manifestations du 22 février, porteuses d’espoir de changement et néanmoins engluées dans un faisceau de diktat d’une minorité drapée de vertus démocratiques, force est de constater que le processus de démantèlement de la bande, démasquée et livrée à la justice pour répondre des accusations de corruption à grande échelle, montre la profondeur du complot et ses ramifications politiques, financières et médiatiques. Des révélations sont attendues en «temps opportun» sur la base d’informations confirmées pour lever le voile sur des parties portant l’étendard de la transition qui n’ont d’autre objectif que «l’aboutissement de leurs intérêts étroits et ceux de leurs maîtres». La conjuration à plusieurs têtes impose une riposte à la mesure de la menace qui pèse sur la pérennité de l’Etat-nation. Au 3e jour de sa visite à la 2e Région militaire, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a de nouveau pointé du doigt la bande, ses acolytes et ceux qui gravitent autour d’elle. «Les ambitions de la bande, de ses acolytes et de ceux qui gravitent autour d’elle sont loin de se réaliser, car l’institution militaire, et nous le réitérons avec insistance, saura contrecarrer avec force et rigueur toutes ces parties hostiles, aux côtés de tous les patriotes fidèles et loyaux au serment des vaillants chouhada, et ne permettra à quiconque de porter atteinte à la réputation de l’Algérie parmi les nations, à sa glorieuse histoire et à la dignité de son peuple authentique.» Hier comme aujourd’hui, en rempart inexpugnable, l’ANP est déterminée à mettre en échec «tous les plans abjects de ces parties et de ces mercenaires», avec le soutien des forces patriotiques engagées dans une démarche consensuelle de sortie de crise. Il n’y a nulle alternative à la légitimité constitutionnelle et démocratique, universellement consacrée par le choix des urnes, aux positions de plus en plus inconstantes et contradictoires des «mercenaires» ; le retour à la volonté populaire dont se gargarise une certaine opposition dite démocratique est incontournable. «Le peuple est le seul à choisir librement et dans la transparence le futur président de la République», a affirmé le chef d’état-major de l’ANP. Sans tutelle et sans pressions inutiles.
Horizons

La rentrée de tous les défis 

La rentrée politique et sociale est aux portes de la nouvelle Algérie interpellée par les nombreux défis générés par la persistance de la crise aux retombées dangereuses. Les prémices de la solution consensuelle en marche, la classe politique, la société civile et l’intelligentsia laissent entrevoir une lueur d’espoir pour une normalisation qui ne laisse plus indifférents. Les passerelles d’un dialogue inclusif et sans exclusive sont laborieusement jetées. Les initiatives se multiplient pour tenter de dépasser les divergences. La rencontre des Dynamiques de la société civile, rassemblant pour la première fois les deux pôles rivaux des Forces du changement et de l’Alternative démocratique, contribue à la consolidation du processus de dialogue et à une convergence des visions permettant de dégager une solution consensuelle. Dans le même temps, l’Instance de médiation entend favoriser un climat de détente et de concertation avec les leaders des partis politiques, les militants du hirak, les représentants de la société civile, les compétences et les personnalités nationales. C’est donc sous le sceau de la pertinence et de l’urgence de la démarche consensuelle que la rentrée politique se présente pour sortir au plus vite de la crise et affronter les défis de la vie quotidienne. A pied d’œuvre, le gouvernement se déploie sur le terrain pour répondre aux nombreuses attentes des citoyens aspirant à une vie décente. Le prochain dénouement du dossier des retraités de l’armée, rassurés par le ministre de l’Intérieur exprimant «son engagement à œuvrer au règlement des problèmes en suspens», est en soi un motif d’optimisme conforté par la désignation des administrateurs et des experts en charge des trois entreprises d’hommes d’affaires détenus. A la veille de la rentrée universitaire, la fin du calvaire des chauffeurs de transport des étudiants participe également à atténuer les tensions sociales, sources de manipulation et d’instrumentalisation par les marchands du hirak. Le retour aux classes, prévu le 4 septembre, et les nouvelles exigences des centres de formation professionnelle préconisant une «formation qualifiante», qui se substitue à la «formation diplômante», constituent un enjeu important pour le gouvernement confronté aux urgences de la rentrée de tous les défis.
Horizons

Primauté de la voie constitutionnelle 

Il faudra en convenir. Patience et sagesse constituent la clé de la sortie de crise et de la refondation de l’Algérie nouvelle en rupture totale avec la bande démantelée, coupable de dérives dictatoriales et mafieuses, néanmoins contrariée par des survivances étroitement liées à la logique prédatrice et aux pratiques antidémocratiques de cooptation clairement exprimées par la hantise de l’urne et le choix de la transition négociée. Aux antipodes de l’intérêt suprême de la nation, les agissements tout aussi criminels de cette minorité, enrobée d’appellations pompeuses et usant de diktat, entendent imposer un agenda qui ignore la voie constitutionnelle et instrumentalise la nébuleuse du hirak. L’autre face de la conjuration, adossée aux «têtes de la discorde» démasquées, sévit par la surenchère, l’anathème et la chasse aux voix discordantes qui n’épargne ni les membres de l’Instance de médiation ni le futur Président élu. A Oran, où il a effectué une visite d’inspection, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a sévèrement mis en garde les «parties qui commencent à être démasquées» qui seront dévoilées «en temps opportun». Ce sont ceux-là qui s’agitent pour contrarier le processus de dialogue et lancer une transition périlleuse qui satisfait «leurs intérêts étroits et ceux de leurs maîtres». La sortie du chef d’état-major de l’ANP valide «la primauté de la légitimité constitutionnelle», qui favorise la tenue d’une élection présidentielle transparente dans les plus brefs délais, et l’installation, en toute urgence, de l’instance nationale indépendante pour la préparation «dans les semaines à venir», l’organisation et la surveillance des élections. Le temps est compté. «Cette phase cruciale que l’Algérie traverse requiert de la sagesse, de la patience et de la clairvoyance, une phase dans laquelle l’Armée nationale populaire a fait le serment d’accompagner le peuple, les institutions de l’Etat et le processus de dialogue, selon une approche bien étudiée, confirmant à chaque fois ses positions immuables envers la nation et le peuple, et mettant en garde contre toute atteinte aux intérêts suprêmes de la nation qui ne peuvent en aucun cas faire l’objet de surenchère», a affirmé Gaïd-Salah. Voici venir le temps d’un «dialogue rationnel, sincère et sérieux» de plus en plus soutenu par la majorité du peuple algérien, de la classe politique et de la société civile. L’esprit d’engagement patriotique reste à souligner, car, en cette conjoncture difficile que traverse l’Algérie immunisée par des épreuves historiques, l’histoire retiendra les efforts colossaux des personnalités engagées dans l’instance de médiation.
Horizons

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Ministère de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari, présidera le 17 octobre  à 8h30 au niveau de la Chambre nationale de l’agriculture (CNA) sis à El-Mouhammadia, les Pins-Maritimes Alger, la cérémonie officielle de célébration de la Journée mondiale de l’alimentation (JMA).

Ministère de la Solidarité nationale 
La ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme procèdera le 17 octobre à 13h30 à la Salle Ibn Zeydoun sis à Office Riadh El-Feth à la clôture des travaux du salon national de la micro-activité.

Ministère du Tourisme

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a rendu le 20 et le 21 octobre une visite de travail et d’inspection dans les wilayas de Aïn Defla et Oran.

 

 

Ministère des Moudjahidine

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera le 21 octobre, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Jijel.

Ministère de la Culture

Le 11e Festival culturel international de musique symphonique aura lieu jusqu’ au 17 octobre à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh.

 

Ministère de la Jeunesse et des Sports
Le ministère de la Jeunesse et des Sports organise  les 16 et 17 octobre à 9h30, à l’OCO Mohamed-Boudiaf (Alger), une rencontre nationale sur le rôle des cellules d’écoute et de prévention «santé jeunesse».

Ministère de la Santé

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre la rage, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière organise un workshop sur la rage jusqu’au 17 octobre à l’hôtel Aurassi (Alger).

 

ANP
La direction régionale de l’information et de la communication de la 1re Région militaire organise jusqu’au 17 octobre au niveau de l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale Chahid Mouaz-Mohamed Zéralda, le championnat national militaire de karaté-do. L’ouverture aura lieu aujourd’hui à 8h.

 

Ambassade d’Italie en Algérie
L’ambassade d’Italie à Alger organise jusqu’ au 18 octobre au palais de la culture Moufdi-Zakaria, l’exposition «Leonardo Opera Omnia» à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Leonardo da Vinci.

 

Wilaya d’Alger
Sous l’égide du wali d’Alger, l’Office national des parcs sportifs et d’attraction organisera, du 17 au 19 octobre à 9h, un concours national hippique de saut d’obstacles au niveau du club hippique du Caroubier (Alger).


Institut Pasteur
L’Institut Pasteur d’Algérie organise jusqu’au 20 octobre au niveau de l’annexe de l’Institut Pasteur à Sidi Fredj (Alger), un «cours international sur la cartographie et la modélisation relative aux maladies à transmission vectorielle» s’inscrivant dans le cadre du projet euro-méditerranéen Medi-Labsecure.

Salon international de l’art culinaire
Le 3e Salon international de l’art culinaire, sous le thème «cuisine et santé», se déroulera jusqu’au 20 octobre à la Safex pavillon S (Alger).

Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger lancera un nouvel espace baptisé «Café de l’Opéra» qui sera inauguré par l’écrivain et romancier Waciny Laâredj le 26 octobre à 17h.

 

UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens, en coordination avec la Fédération nationale des géomètres métreurs et topographes, organisera, le 17 octobre  à 10h30, au siège de l’Union, à Alger, la cérémonie de signature d’un accord avec les représentants du Tribunal international pour le règlement des différends.

 TNA

Le Théâtre national algérien, en collaboration avec l’ambassade suisse à Alger, organise, le 16 octobre  à 18h, un monologue intitulé «Loubna», interprété par Nastasja Tanir.


Front El Moustakbel
Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, animera, le 19 octobre, à 10h, à la maison de jeunes Baztami-Redouane de Tindouf, une conférence de presse.

 Office des parcs sportifs
Sous le patronage du wali d’Alger, l’Office national des parcs sportifs et d’attraction organise du 17 au 19 octobre à 9h, un concours national hippique de saut d’obstacles au club hippique du Caroubier (Alger).

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept