L'intelligence artificielle gagne du terrain dans les salles de rédaction
Search
Lundi 01 Juin 2020
Journal Electronique

En novembre 2018, un "bot" appelé Tobi a produit près de 40.000 articles de presse sur les résultats des élections en Suisse pour le géant des médias Tamedia. Le tout en seulement cinq minutes.

Tobi, un générateur de texte automatique, a écrit sur les résultats de chacune des 2.222 municipalités du pays, en français et en allemand, selon une analyse présentée le mois dernier à la conférence Computation Journalism à Miami. Ce type de programme issu de l'intelligence artificielle, disponible depuis environ dix ans, est de plus en plus commun dans les grands médias.

"Nous voyons que le potentiel de l'intelligence artificielle ou du robot-journalisme est davantage accepté dans les salles de rédaction à travers le monde", affirme Damian Radcliffe, enseignant à l'université de l'Oregon. "Ces systèmes peuvent offrir rapidité et exactitude et potentiellement auxquelles sont soumis les journalistes en termes de temps".

Alors que leur industrie est de plus en plus en difficulté, des médias ont commencé à se tourner vers l'intelligence artificielle pour produire des articles, personnaliser la livraison de l'information et, dans certains cas, trier les données. Pour ces organisations, les "bots" ne visent pas à remplacer les reporters ou les rédacteurs en chef, mais à les aider à se débarrasser des tâches les plus monotones comme les résultats sportifs ou d'entreprises.

Au Washington Post, un programme appelé Heliograf a par exemple permis au quotidien de couvrir plus de 500 courses électorales depuis 2014. Selon Jeremy Gilbert, un responsable du journal, le "bot" peut donner des résultats plus rapidement et actualiser les articles au fur et à mesure que les informations changent, permettant aux journalistes de se concentrer sur d'autres tâches. Et les réactions au sein de la rédaction ont été généralement positives, assure-t-il.

"Ce qui est surprenant, c'est que beaucoup de gens sont venus dire: je fais cet article toutes les semaines, est-ce que c'est quelque chose qu'on pourrait automatiser?", dit M. Gilbert.

                                           Aide précieuse ou menace?

Les mêmes questions se posent dans d'autres rédactions à travers le monde. L'agence de presse norvégienne NTB a ainsi automatisé les comptes-rendus sportifs pour avoir des résultats de matches livrés en 30 secondes. Quant au Los Angeles Times, il a développé un "quakebot" -"bot" spécialisé dans les séismes- qui publie rapidement des articles sur les tremblements de terre dans la région. L'agence Associated Press, elle, a automatisé les résultats d'entreprises pour près de 3.000 sociétés, tandis que le quotidien Le Monde, avec son partenaire Syllabs, a utilisé un programme qui a généré 150.000 pages internet couvrant 36.000 municipalités lors des élections de 2015.

Bien que les professionnels des médias reconnaissent les limites de ces programmes, ils notent aussi qu'ils peuvent parfois accomplir ce que les humains ne peuvent pas faire, ou alors péniblement.

Le Atlanta Journal-Constitution a ainsi utilisé une équipe de data journalisme pour lever le voile sur 450 cas de médecins, passés devant des ordres de médecins ou des tribunaux pour inconduite sexuelle, dont près de la moitié étaient toujours autorisés à exercer. Le journal a utilisé le "machine learning" (apprentissage automatique), un outil d'intelligence artificielle, pour analyser chaque cas. Ce travail a ensuite été passé en revue par des journalistes.

Même si les robots semblent aider les journalistes, les inquiétudes persistent sur l'évolution du métier, certains craignant que l'intelligence artificielle ne devienne incontrôlable et n'aboutisse à des suppressions d'emplois.

En février, des chercheurs d'OpenAI, un organisme de recherche spécialisé dans l'intelligence artificielle, ont annoncé qu'ils avaient développé un générateur automatique de texte si bon qu'ils ont décidé de le garder secret pour l'instant. Car selon eux, le programme pourrait être utilisé pour générer de faux articles de presse, usurper l'identité de personnes en ligne ou automatiser des "infox" sur les réseaux sociaux.

Meredith Broussard, qui enseigne le data journalisme à la New York University, ne voit toutefois pas de danger immédiat à l'intelligence artificielle. Pour l'instant, les programmes s'occupent des articles "les plus ennuyeux", dit-elle. "Quelques emplois vont être automatisés mais globalement, je ne m'inquiète pas d'une apocalypse provoquée par les robots dans les salles de rédaction", ajoute-t-elle.

Et Jeremy Gilbert, du Washington Post, l'assure: son journal "a une équipe incroyable de reporters et de rédacteurs en chef et nous ne voulons pas les remplacer".

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

Ministère  des Ressources en eau
Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, effectue, le 1 juin , une visite de travail dans la wilaya de Laghouat et demain dans celle de Djelfa.



Assurance et finance islamique 

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, la 2e édition du Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Salon Impex2020
Le Salon Import-export inter-africain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Djazagro
Le Salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins Maritimes d’Alger.

Culture
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report à des dates ultérieures du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. La date limite de dépôt des candidatures à ces deux manifestations à été donc prorogée.

Algérie Télécom
Algérie Télécom a lancé le 27 mars dernier le service de demande de lignes téléphoniques et celui de la signalisation des dérangements via son site web www.algérietelecom.dz .Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre via le courrier électronique les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements sur le site web sans déplacement.

 

 

 

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept