Imprimer

Les présidents de l’Association pour la Protection et l'Orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE) et de l'Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), ont appelé, Mardi, au retour de la stabilité politique afin de mettre un terme à la récession du climat des affaires.

Intervenant au forum du quotidien El Moudjahid Mustapha Zebdi (APOCE) a soutenu qu’ « un recul de l’activité commerciale est constaté » rappelant qu’il y a « deux mois ce même constat a été signalé et la sonnette d’alarme a été tirée ». Il dira que cette situation est la résultante de l’effet de crise actuelle. Il a corroboré ses dires par les résultats du sondage réalisé par l’Association relatif à la stagnation commerciale. « Sur les 8500 votants, 81 % estiment qu’ils vivent un recul de l’activité commerciale » dira-t-il.

Le président de l’APOCE souligne par ailleurs que cette récession a touché l’ensemble des filières même le secteur pharmaceutique n’a pas échappé à la crise, Impactant un arrêt des usines dont le stock des marchandises est important. Pour Zebdi, même le secteur du tourisme a pâti de la crise. « Une étude menée auprès de quelques piscines d’Alger, 40 % d’entres elles ont connus une baisse de l’activité » a-t-il assuré. Il admet que les causes résident dans « la situation politique et cette crainte du lendemain qui a conduit les consommateurs à vouloir économiser que de dépenser ». Ceci, en sus de la diminution du pouvoir d’achat ». Une situation qui conduit « vers l’inactivité industriel et de là vers le chômage de plusieurs milliers de salariés ».Pour contrer cette situation, le président de l’APOCE appelle à l’adoption de mesures idoines « avant la catastrophe ».

Au cours de son intervention, Zebdi a une fois de plus salué la décision d’importer les voitures de moins de trois ans. Réfutant que notre pays ne pourra constituer un cimetière des voitures épaves puisque « l’INACTA veille et contrôle les véhicules roulant dans notre pays ». Pour le président de l’APOCE « c’est même une nécessité d’autant que notre marché enregistre un besoin de 40 000 véhicules par an ». Par ailleurs il a demandé à « élargir la gamme jusqu’aux voitures de moins de 5 ans avec allègement des droits douaniers et de transport et la suppression de la TVA ».            

De son coté, le président de l’ANCA, a mis en relief le recul de l’activité commerciale autour de 30 à 40 % auprès des marchés de gros de Gué de Constantine (agroalimentaire), de Hamiz (électroménager), d’Eucalyptus (fruits et légumes), d’El Eulma et de Sétif. Hadj Tahar Boulenouar estime que « l’effet psychologique a son importance sur le consommateur et le grossiste qui dit débourser son argent pour l’acquisition de produits entouré de crainte pour la suite de la transaction ». Il ne manquera pas de souligner que « la poursuite de ce recul de l’activité commerciale peut entrainer à un manque de produit et donc de hausse des prix ».

Le président de l’ANCA tout en saluant la révision de la règle 49 / 51, appelle la classe politique et les personnalités nationales à trouver « une solution pour assurer la stabilité et par ricochet le maintien, des investisseurs étrangers dans notre pays ».

                                                                                         Souhila. H