Imprimer

Entamé vendredi dernier pour les tunisiens établis à l’étranger, le scrutin présidentiel se tient Dimanche, en Tunisie. 7 millions d'électeurs sont appelés à voter pour élire un président parmi les 26 postulants engagés dans la course, dont deux femmes, alors que le candidat favori est toujours en prison . Le calendrier initial prévoyait la présidentielle en décembre, après les législatives, mais la mort du président Béji Caïd Essebsi en juillet a bouleversé les échéances électorales.

Les tunisiens espèrent voir cette échéance couronnée par la désignation d’un président à la hauteur de la responsabilité et de leurs aspirations. Ils sont unanimes quand à la nécessite de préserver les acquis de la révolution par le futur président. Peu importe le nom du futur président encore moins son parti politique. L’essentiel est de parvenir à un programme économique en mesure de redresser l’économie de la Tunisie et d’assurer une vie décente pour les Tunisiens. Toutes les tendances ont été représentées lors de la campagne électorale qui a pris fin vendredi dernier. Ses dernières heures ont été marquées par le rejet par la justice d'un recours contre l'arrestation de Nabil Karoui, qui restera donc incarcéré pour le premier tour d’aujourd’hui.   Il est l'une des têtes d'affiche de ce scrutin, avec d'autres candidats comme le représentant du parti Ennahda, Abdelfattah Mourou, le Premier ministre libéral Youssef Chahed, l'avocate Abir Moussi ou l'indépendant conservateur Kais Saïed. Selon les médias , Abdelfattah Mourou, a fait le plein de partisans, une foule compacte de plusieurs centaines de personnes venues de diverses régions tunisiennes assister à ses meeting .

De l’avis des observateurs, rarement l'issue d'une élection aura été aussi incertaine que celle de dimanche, en raison du nombre pléthorique de candidats, de l'éclatement des familles politiques comptant plusieurs postulants rivaux et de la difficulté d'identifier des lignes de partage marquées. La lutte antiterroriste, thème longtemps omniprésent dans une Tunisie traumatisée par les attentats A l'étranger, l'importante diaspora tunisienne (386.000 inscrits) a commencé à voter vendredi, notamment en France, où ils sont environ 800.000. A minuit vendredi, le pays est entré en période de «silence électoral» avant le scrutin d’aujourd’hui.

Les premières estimations de résultat du premier tour de l'élection présidentielle seront données aujord’hui par des instituts de sondages. L'instance d'organisation des élections (Isie) publiera les résultats préliminaires mardi 17 septembre. La date du second tour de l’élection présidentielle n’a pas été fixée. La campagne va s'intensifier une fois que deux candidats seront qualifiés pour le second tour, qui doit avoir lieu avant le 4 novembre. Une autre campagne commencera incessamment  dès vendredi minuit, celle des législatives du 6 octobre.

Synthèse SD