La connaissance des trous noirs progresse
Search
Vendredi 19 Avril 2019
Journal Electronique

Stephen Hawking est mort il y a un an. Si les astronomes n'ont pu observer que les trous noirs s'évaporaient lentement, comme il l'avait théorisé, l'étau de la connaissance se resserre autour des énigmatiques monstres cosmiques auxquels l'astrophysicien a consacré une partie de sa vie.

Le physicien et cosmologiste britannique avait théorisé en 1975 que les trous noirs pouvaient émettre des radiations. "Une théorie choc", "une révolution", "l'idée d'un visionnaire", disaient à sa mort ses collègues.

De l'avis de certains, cette théorie aurait valu le prix Nobel à Stephen Hawking si elle avait pu être observée. Ce qui est toujours impossible aujourd'hui: si on parle de trous noirs depuis le XVIIIe siècle, aucun télescope n'a encore permis de "voir" l'un de ces mystérieux objets du cosmos... Mais il semblerait qu'on s'en approche.

"Les principaux progrès récents se situent sur le front de l'observation", explique à l'AFP l'astrophysicien britannique Martin Rees, ancien collègue de Stephen Hawking à l'université de Cambridge.

Un trou noir est un objet céleste qui possède une masse extrêmement importante dans un volume très petit. Comme si le soleil ne faisait plus que 6 km de diamètre ou si la terre était comprimée dans un dé à coudre, explique Guy Perrin, astronome à l'Observatoire de Paris-PSL. Ils sont tellement massifs que ni la matière, ni la lumière ne peuvent s'en échapper. Revers de la médaille: ils sont invisibles. En théorie, il en existe deux sortes. Les trous noirs stellaires, qui se forment à la fin du cycle de vie d'une étoile. Ils sont extrêmement petits: tenter d'observer les plus proches de la terre équivaudrait à chercher à distinguer une cellule humaine sur la lune.

"Nous avons détecté des ondes gravitationnelles provenant de trous noirs stellaires, une preuve directe" de leur existence, explique Martin Krause, chercheur à l'université du Hertfordshire, au Nord de Londres.

                                                                Jamais aussi près

Mais pour les autres, les trous noirs supermassifs (ils pèseraient entre un million et des milliards de fois le soleil), le doute persiste, la traque s'intensifie. Une des pistes suivies: l'observation de l'environnement proche du monstre. Si les trous noirs sont invisibles, la matière qui orbite autour d'eux ne l'est pas. L'observer pourrait permettre de "dessiner" leur pourtour.

Or pour la première fois, "nous avons observé, entre mai et juillet 2018, trois sursauts lumineux, des événements qui a priori orbitent très très près de Sagittarius A*", un trou noir supermassif qui se niche au cœur de la voie lactée, explique Guy Perrin, l'un des "pères" de l'instrument européen Gravity qui a permis ces observations. Jamais on ne s'était approché aussi près d'un trou noir, ajoute l'astronome.

Autres progrès depuis le décès de Stephen Hawking : une équipe d'astronomes britanniques a détecté de la matière tombant dans un trou noir, tandis que l'European Space Agency (ESA) a annoncé avoir mis la main sur "un trou noir de +masse intermédiaire+ en train de se régaler d'une étoile voisine"...En décembre, quatre nouvelles ondes gravitationnelles provenant de la fusion de trous noirs stellaires ont également été captées. "Les ondes gravitationnelles sont encore un domaine d'étude très jeune et les résultats qui en découleront s'annoncent fascinants", note Gregory Brown de l'Observatoire royal de Greenwich.

La communauté scientifique attend également le résultat de la collaboration scientifique Event Horizon Telescope: huit télescopes répartis dans le monde pointés simultanément vers Sagittarius A* et un de ses congénères installé au centre de la galaxie M87.

"Au cours de la dernière année, il y a eu de multiples avancées et on s'attend à ce qu'il y en ait encore beaucoup à venir", s'enthousiasme Gregory Brown.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Forum de la mémoire
Le forum d’El Moudjahid et l’association Machaâl Echahid organisent, le 17 avril à 10h, une rencontre-débat sur le rôle des sportifs algériens durant la lutte de Libération, commémorant un double anniversaire, celui de la mort du chahid Souidani Boudjemaâ et celui de la  création de l’équipe de football du FLN.

HCLA
Le Haut-Conseil de la langue arabe organise le 18 avril à 9h30, à l’hôtel d’El Biar, Ben Aknoun, la cérémonie de mise en place de la commission algérienne du dictionnaire historique.

Musée national du moudjahid    

Le Musée national du moudjahid organise,  le 17 avril à 10h, la 205e rencontre au lycée des frères Draoui de Boumerdès, autour de l’enseignement pendant la guerre de Libération nationale.

 

 Sicom-2019
Le 28e Salon international de l’informatique, de la bureautique et de la communication aura lieu,  le 13 avril à 13h30, au Palais des expositions de la Safex (Pins Maritimes, Alger).

 

 

ONCI
A l’occasion de la Journée nationale du savoir Youm El Ilm, l’Office national de la culture et de l’information offre un programme varié au niveau de ses espaces.

Protection civile
Dans le cadre du développement et de la modernisation du secteur de la Protection civile, particulièrement dans le domaine des ressources humaines, la Direction générale organise, le 18 avril, dans la wilaya de Jijel, un cycle de formation sur les techniques de plongée subaquatique au profit de 24 officiers formateurs.
 USTO
Un workshop international dédié à la cryptologie et ses applications est prévu les 22 et 23 avril à l’Université des sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf d’Oran, à l’initiative de son laboratiore de codage et de la sécurité de l’information.

Musée de l’enluminure
Une exposition collective composée d’une vingtaine d’œuvres, intitulée «Charme et gaîté de la miniature algérienne», se tient jusqu’au 18 avril au Musée national de l’enluminure, de la miniature et de la calligraphie à La Casbah d’Alger.

Galerie Espaco
L’artiste peintre Denis Martinez présentera, jusqu’au 4 mai, sa nouvelle exposition de peinture intitulée «Bahaz Khouya Gnaoui Blidi Hkayet aâchra» (histoire d’une complicité), à la galerie Espaco.

 

 

TNA
La scène du Théâtre national algérien Mahieddine Bachtarzi  accueillera, le mercredi 21 novembre à 18h,  une représentation de «Macbett», la pièce originale d’Eugène Ionesco, adaptée par le metteur en scène algérien Ahmed Khoudi.

 Institut français d’Oran
L’Institut français d’Oran organise, tous les samedis jusqu’au 27 juillet prochain, de 14h à 16h, des ateliers de slam.

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept