Dalia Ghanem :L'absence d'un leadership constitue un "risque pour l'avenir" du "Hirak"
Search
Vendredi 10 Avril 2020
Journal Electronique

L'absence d'un leadership constitue "un risque" pour l'avenir du mouvement populaire en Algérie (Hirak), a soutenu  mercredi 19 Juin,à Paris la chercheure algérienne Dalia Ghanem, estimant que les revendications du mouvement doivent être "claires et réalisables".

"Quatre mois après le déclenchement du Hirak, la situation en Algérie est intenable. Une conscience horizontale est née depuis le 22 février et les Algériens sont très unis. Le mouvement populaire ne veut pas avoir de leadership et ceci est un risque pour son avenir", a expliqué Dalia Ghanem, docteur en science politique, qui était l'invité de l'Institut français des relations internationales (IFRI).

Elle estime que c'est "crucial" pour le mouvement populaire, qui manifeste de façon "pacifique et civique", de déterminer un leadership, précisant lors d'une conférence, ayant pour thème "L'Algérie au pied du mur", que ses revendications doivent être "claires et réalistes".

"Aujourd'hui nous sommes dans une impasse politique. D'un côté, nous avons l'armée qui n'arrive pas à satisfaire le mouvement et un mouvement qui n'arrive pas à dégager un leadership", a-t-elle fait constater, vantant dans ce contexte l'organisation des manifestants et leur détermination.

La chercheure, qui dit avoir participé pour l'observation à quatre manifestations à Alger, a relevé que malgré la "convergence" de vision sur la situation entre l'armée et le peuple, les arrestations récentes de personnalités "n'ont pas calmé les manifestants", estimant que ces derniers "sont conscients des enjeux", même si leurs revendications n'ont pas encore été satisfaites.

Analysant la transition politique en Algérie, à travers des différentes transitions notamment en Amérique du Sud, Dalia Ghanem a livré à son auditoire une espèce de cartographie de la scène politique algérienne mettant en relief les périls qui guettent cette transition.

Elle a cité, entre autres facteurs à risque, "l'opacité du pouvoir", "le poids du militaire sur la scène politique", l'absence de leadership au sein du mouvement et la fragmentation de l'opposition politique qui a perdu, selon elle, toute crédibilité devant la population.

Interrogée lors des débats sur le risque de l'éclatement de violences, la chercheuse a considéré que l'armée, qui est en pleine phase de professionnalisation, a tiré les leçons des différentes crises précédentes qui ont secoué l'Algérie, soulignant que l'après Bouteflika "sera difficile mais ne sera pas l'apocalypse".

"La transition va être difficile et longue", a-t-elle dit, émettant deux hypothèses à ce propos. "La première consiste en des réformes concertées et négociées et la deuxième est l'utilisation par le pouvoir des ressources coercitives", a-t-elle précisé, soulignant que l'armée "ne va pas aller vers cette deuxième hypothèse, car il y a un risque de mettre en péril la cohésion de l'armée et qui va engendrer une coupure avec le peuple".

C'est dans ce sens qu'elle propose aux tenants du Hirak de se doter de représentants officiels et de composer avec l'armée, estimant dans ce cadre que la transition pourrait se dérouler dans une période de trois ans.

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Algérie Télécom

Algérie télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algérietelecom.dz. Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements directement sur le site web sans déplacement.

Djazagro

Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins-Maritimes (Alger).

Urbanisme

La revue Vies de Villes organise, le 8 avril prochain à l’Ecole d’hôtellerie et de restauration d’Alger, une journée d’étude sous le thème «Concevoir l’habillage architectural : Esthétique, couleurs, métabolisme et durabilité».

Salon import-export

Le Salon import-export inter-africains Impex 2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Culture

La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report, à des dates ultérieures, du Festival culturel national annuel du film amazigh (Fcnafa) et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturgie en tamazight. Le dépôt des candidatures à ces deux manifestations a été, donc, prolongé.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire
don de sang.

 

Centre d’études diocésain
Le centre d’études diocésain Les Glycines ferme ses portes et annonce la suspension de toutes ses activités culturelles et scientifiques jusqu’à nouvel ordre, et ce, en raison de la pandémie du coronavirus.

 

Ministère de l’Environnement
Dans le cadre de la lutte contrela propagation de la pandémie du coronavirus, le directeur général de l’Agence nationale des déchets, Mohamed Karim Oumane, procèdera le 08 avril  à 10 heures à la distribution de matériels à l’hôpital 1er- Novembre d’Oran.

 

 

Hebergement/Kdhosting : kdconcept