Imprimer

Un vibrant hommage a été rendu hier au comédien disparu Azzedine Medjoubi, en commémoration du 24ème anniversaire de son assassinat le 13 février 1995 à Alger. Organisé par le théâtre national algérien, Mahieddine Bachtarzi, sous le thème «Rassemblement contre l’oubli», cet hommage a été une occasion pour de nombreux artistes d’évoquer celui qui a fait toute la splendeur du théâtre algérien. La famille et amis du défunt ont apporté leurs témoignages mais aussi évoqué des anecdotes ainsi que les travaux qui les avaient réunis avec Azzedine Medjoubi que ce soit sur scène où à l’écran. Son épouse, Amina, n’a pas trouvé les mots pour évoquer le père de ses enfants mais aussi son compagnon de scène. «Je n’ai jamais pu trouver les termes exacts pour décrire Azzedine », dit-elle confuse. « Il manque beaucoup au théâtre national et plus encore à son public », dit-elle. Evoquant le travail en commun, elle se rappelle que juste avant le drame le couple ‘Mina avait entamé discrètement en plein mois sacré les répétitions de la dernière pièce théâtrale qu’il devait jouer ensemble « Lilet Lyali ». « Le rêve s’est effondré, la pièce n’a jamais été jouée», regrette Amina Medjoubi.                                                                      

Pour Hakim Guemroud, comédien, Azzedine Medjoubi restera irremplaçable. « Depuis sa mort je ne suis revenu au théâtre qu’à l’occasion d’un ou deux évènements », fait-il savoir. « Je ne vois pas le théâtre sans lui », ajoute t-il. La comédienne Amel Himeur, a parlé d’Azzedine Medjoubi l’artiste mais surtout en l’ami. « J’étais déjà au théâtre national lorsqu’il a été nommé directeur. Ce fut une véritable bouffée d’oxygène à l’époque en raison de ses idées mais surtout des nombreux projets qu’il avait ramenés avec lui pour redresser la scène théâtrale», se rappelle-t-elle. «J’ai commencé à l’apprécier encore plus lorsque nous avons joué ensemble dans la pièce El Ikhtitaf et c’est là que j’ai confirmé que Azzedine Medjoubi n’était pas un simple comédien mais un grand artiste, un homme au vrais sens et d’une sociabilité et d’une amabilité que nul ne peut égaler », précise-t-elle.

L’actrice Sabeha Chami, a estimé qu'Azzedine Medjoubi est tout simplement «un trésor unique». Au dessous du portrait de Azzedine Medjoubi, une gerbe de fleur a été déposée par le directeur du TNA, M. Yahiaoui pour qui Medjoubi a été un véritable créateur tant au théâtre qu’à la télévision et la radio.                                                              

Pendant 30 ans, le comédien a présenté plusieurs œuvres théâtrale dont «Hafila Tassir», adaptation du «Voleur d’autobus» de l’écrivain Ihsan Abd El Qoudous et mise en scène par Ziani Cherif Ayad, aussi dans «Bab El Foutouh» et «Galou Laarab». Il a été également le metteur en scène de la célèbre pièce «Ghabou Lefkar» avec Ziani Cherif Ayad et M’Hamed Benguettaf avant de créer, avec des collègues dont la comédienne Sonia, la compagnie Masrah El-Qalâa.

Rym Harhoura