Imprimer

« Avec toi je perds mes repères » est un récit psychologique, une introspection dans le sentiment humain. Il décrit la cruauté que peut engendrer un sentiment amoureux. Une cruauté sadique mais aussi autodestructrice. C’est le cas de Baya, une jeune algéroise, bien sous tous rapports. Étudiante aux beaux arts, épanouis et indépendante. Mais pour son malheur elle tombe amoureuse de Nassim, un « pervers narcissique » qui se valorise en la rabaissant.

Baya subit cette relation avilissante sans pouvoir s’en détacher. Par amour pour son bourreau, elle endure tout le contraire de ce que devrait rapporter une relation entre deux êtres. Sa première douleur est le sentiment de trahison envers son amie Amel, « amie d’enfance et de cœur ». Nassim est le petit copain d’Amel, mais Baya ne peut contrôler ses sentiments et opte pour l’amour au détriment de l’amitié. Nassim imbu de lui-même ne se lasse jamais d’humilier Baya en la traitant de « moins que rien », « d’incapable » et d’autres sobriquets aussi dégradants les uns que les autres. Au fil des jours, Baya sombre dans la dépression, elle perd gout à la vie tout en se laissant entrainer dans ce calvaire amoureux. Mais toute chose a une fin.

La rencontre avec Sarah, une cousine, lui ouvre les yeux sur son martyr. Lors d’une discussion Baya se confie à Sarah et celle-ci lui explique le cas de Nassim. « C’est un pervers narcissique » un être qui détruit les autres pour se donner de la valeur. Ces quelques mots de Sarah pousse Baya à la réflexion.

Elle cherche sur le net l’explication des ce que lui a dévoilé sa cousine. Sur un forum elle trouve l’explication à son malheur. Tout correspond. Chaque note qu’elle prend semble parler d’elle. Chaque détail est une description fidèle de Nassim. Baya saisit enfin l’ampleur de son drame et le risque qu’elle encoure en continuant à fréquenter Nassim.

Elle décide d’agir, elle consulte un psychologue et tente de se débarrasser de sentiment destructeur. Le hasard fait souvent bien les choses. Lors d’une balade à la Casbah, alors qu’elle s’isole pour griller une cigarette,une dame en Haïk lui conseil de se débarrasser de se mal, la cigarette. Puis elle semble lire la détresse sur le visage de Baya et l’invite à discuter. Baya se confie à cette inconnue qui semble lire en elle comme dans un livre.

Sarah, le psychologue et la dame en Haïk font naitre en Baya un nouvel espoir et la force de se débarrasser de cet « amour toxique » qui la ronge et détruit son esprit. Elle decide de redevenir celle qu’elle était avant Nassim.

 Titulaire d'une licence en droit privé de l'Université d'Alger I, Benyoucef Benkhedda, et étudiant en langue espagnole à l’Institut Cervantès d’Alger, l’auteur est né en 1998 à Alger. Amoureux de la langue de Molière et féru de littérature depuis son plus jeune âge, il décide de se mettre à l'écriture dès l’âge de 20 ans. « Avec toi je perds mes repères » est sn premier ouvrage. Publié aux éditions El Ibriz.

Hakim Metref