« Agora du livre » à l’ENAG :Abdelmadjid Merdaci s’interroge sur le « Hirak »
Search
Lundi 13 Juillet 2020
Journal Electronique

« Interpelé par les événements liés à une actualité brulante et par tout ce qui est lié à l’Algérie, je m’exprime sur les colonnes des journaux, à travers des ouvrages et sur les plateaux de télévisions, comme je m’exprime sur l’histoire ». C’est par ces mots qu’Abdelmadjid Merdaci, a entamé le débat, mardi dernier, lors de la rencontre « Agora du livre » , à la librairie MédiaBook de l’entreprise nationale des arts graphiques (ENAG). Durant une bonne partie de la rencontre il a expliqué les motivations qui l’ont conduit à écrire un  ouvrage (Non encore édité) et qui porte le titre de « Journal de Marches, chroniques d’outre silence ».

Comme le titre le laisse supposer, l’ouvrage se nourrit de préoccupations   de l’heure, notamment le Hirak, un mouvement populaire contestataire qui revendique, depuis le 22 février dernier, « une Algérie nouvelle régie par des lois démocratiques et la rupture avec le régime totalitaire ».

L’auteur a affirmé que le contenu du livre est une somme d’articles que des journaux, avec lesquels il avait l’habitude de collaborer, ont refusé de publier à plusieurs reprises. Il n’hésitera pas à conclure à « une censure ». Ces articles, précise-t-il « sont liés au  Hirak, sur lequel je me pose des questions notamment sur la naissance de ce mouvement ». Pour Merdaci ,   « le mot Hirak est un concept étranger au langage politique algérien, une création médiatique ». L’auteur qualifie le mot Hirak d’ «OMNI » (Objet Médiatique Non Identifié) et se pose la question « comment s’est-il imposé au marcheurs ?  ». Plus que ça, l’historien se pose la question sur « les véritables instigateurs du Hirak », réfutant le caractère spontané du mouvement. Merdaci se pose d’autres questions, notamment sur    l’origine des slogans scandés par la foule et le fait que les mots d’ordre « soient repris dans toutes les villes du pays au même moment ». Il évoque in fine   « une économie sous-terraine du Hirak », «Qui finance, et sous quelles formes, le Hirak ? », s’interroge l’auteur. Revenant sur la question de la censure, Merdaci remet en cause le traitement du hirak par les médias. « Il n’y a aucune critique dans aucun organe de presse », s’exclame t-il. « Il n’est accepté aucune opinion contradictoire du Hirak », renchérit il. « Des milliers d’articles de presse traitent des marches et des marcheurs. Ils n’ont pourtant fourni aucune réponse aux multiples questions que le mouvement suscite légitimement » , écrit-il dans son livre. « Nous sommes sortis du parti unique au pouvoir, pour retomber dans le parti unique du Hirak », assène t-il.

Rattrapé par ses réflexe d’historien, Merdaci évoque le FLN qui rappelle t-il « a revendiqué les libertés, sans distinction d’origine ni de confession, dans la déclaration du premier novembre1954 ». Il s’est vigoureusement élevé contre l’amalgame entretenu entre  le FLN qui a déclenché la révolution et le parti post indépendance ». « Au risque de me tromper », se défend t-il,  il pose les questions et apporte    des hypothèses sur le sujet «  Cela aurait du se faire avant la parution de mon ouvrage », ajoute t-il. Merdaci explique qu’il « aurait aimé que ces articles soient publiés et qu’il y eut un débat autour, et écouter les avis des uns et des autres ».

Dans une première partie de l’ouvrage, Merdaci présente des articles, publiés en 2011 et liés aux « Printemps Arabes » et à leur impact sur la politique et la société algériennes.  

 

Hakim Metref

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Radio algérienne

La Radio algérienne organise, le 12 juillet , une journée de sensibilisation sur la pandémie de coronavirus, retransmise par les 48 radios régionales et les chaînes nationales.

 

Exposition  virtuelle
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept