Imprimer

la nouvelle mesure de rallonger le confinement partiel de 15h au lendemain à 7h a été favorablement accueillie lundi par une très grande majorité de citoyens de la wilaya de Sétif. Cette nouvelle mesure a aussi nécessité de nouvelles habitudes, avec une journée plus raccourcie, insuffisante pour permettre aux Sétifiens de sortir et d’effectuer leurs emplettes, avant de rentrer chez eux. Pour cette première, dès la matinée, contrairement aux autres journées, il y avait foule un peu partout, dans les rues, les marchés, les supérettes et les commerces restés ouverts durant cette période. Animée durant la matinée, dès 14h avec la fermeture des quelques commerçants en activité, Sétif est devenue ville morte. Les quelques retardataires en voiture, en moto ou à pied se pressent pour rentrer chez eux. Les artères, cités et quartiers sont plutôt déserts, avant de plonger dans un silence absolu, malgré le beau temps incitant beaucoup plus à la promenade. Postés dans les principaux carrefours, les policiers arrêtent les récalcitrants qui doivent se justifier. Si certains ont eu des motifs valables, notamment professionnels, d’autres n’en font qu’à leur tête. Il est 16h30. Une heure et demie après l’entrée en vigueur de la nouvelle mesure, au carrefour principal des 1.006 et 1.014- Logements, jouxtant le marché des fruits et légumes de Sétif, plusieurs policiers sont de faction. Certains portent masque et gants de protection, d’autres non. Tous les magasins sont fermés, à l’exception des pharmacies. Un calme plat y règne, souvent perturbé par l’arrivée d’un véhicule de tourisme ou utilitaire. Le policier l’arrête, discute avec le conducteur, lui prodigue quelques conseils, puis le laisse repartir. Pas de sanction pour aujourd’hui, a-t-on appris. «La première journée de cette nouvelle mesure, nous l’avons consacrée uniquement à la sensibilisation et à l’information. Pour le moment, tout se passe bien, mis à part quelques cas isolés interpellés. Le message est bien passé. La population adhère à ces nouvelles règles. A partir d’aujourd’hui (hier, ndlr), nous passerons à une vitesse supérieure. Nous n’excuserons personne, sauf pour les cas de force majeure de situation grave ou de maladie. Nous avons fait un travail de proximité, notamment auprès des jeunes dans les cités et les quartiers pour les sensibiliser», a précisé le chargé de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya de Sétif, le commissaire Abdelwahab Aïssani. Pour les citoyens interrogés, ces nouvelles mesures donneront à réfléchir un peu plus aux inconscients. «Malgré les nombreux appels au respect des précautions à prendre, pour lutter contre la contamination et la propagation du Covid-19, certaines personnes ne respectent toujours pas les mesures édictées, en premier, la distanciation d’au moins un mètre», ont-ils rappelé. Ahmed, enseignant à la retraite, sort du marché avec deux sacs bien remplis, en manifestant son mécontentement. Il s’explique : «Je viens de faire le marché pour une semaine afin d’éviter de sortir tous les jours. Même pour le pain, nous avons de la semoule pour le préparer à la maison.»

 Azzedine Tiouri