Gestion du métro d’Alger et de l’Algérienne des eaux : Les compétences algériennes à l’épreuve  
Search
Vendredi 05 Mars 2021
Journal Electronique

Le départ des compétences étrangères qui étaient à la tête de nos entreprises publiques n’est certainement pas un fait inédit. L’Algérie avait au lendemain de son indépendance vécu un départ massif de cadres français qui ont été aussitôt remplacés par les compétences nationales. La décision prise récemment par les autorités de résilier les contrats d’assistance technique avec les partenaires français, la RATP pour le métro d’Alger et Suez pour l’Algérienne des eaux, vient, encore une fois, confirmer les capacités du pays à s’acquitter de ces services et dans diverses disciplines. Dans un communiqué, le gouvernement avait fait part de sa décision d’«arrêter la conclusion des contrats d’étude et de services avec les bureaux étrangers, ce qui épargnera à l’Algérie près de sept milliards de dollars par an». Devant la vulnérabilité économique du pays après l’effondrement du prix du pétrole qui a fortement impacté les réserves de change, les autorités ont dû prendre des mesures pour réduire les dépenses. La Banque d’Algérie avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur la facture des importations de services en 2018 où elle avait atteint le montant de 11,42 milliards de dollars. Une situation prise très au sérieux par la loi de finances 2019 qui avait imposé des limites aux services confiés par les entreprises algériennes à des opérateurs étrangers en matière notamment de consulting, d’assistance technique, financière ou comptable. Selon le communiqué du Conseil des ministres de mars 2019, la facture annuelle «des contrats d’étude et de services avec les bureaux étrangers s’élève à environ 3,5 milliards de dollars». Pour l’expert économiste Farid Benyahia, «le choix de ces responsables étrangers a toujours été fait sans consultation avec les experts nationaux». D’ailleurs, dit-il, «certaines entreprises n’avaient nullement besoin de faire appel à ce type de partenariat». Selon l’économiste, «les secteurs qui avaient réellement besoin d’assistance technique étrangère sont notamment l’aviation et les télécommunications. Conjuguer cette maîtrise avec une équipe d’experts algérienne pour une durée de deux à trois ans dans ce domaine aurait été souhaitable». Pour Benyahia, qui est également président du cabinet Intelligence système, «demander une assistance technique pour assurer une meilleure gestion d’une grande entreprise se fait partout à travers le monde, y compris dans les pays les plus développés». Pour appuyer ses propos, il cite l’exemple du Japon où, dit-il, «des compétences étrangères sont sollicitées pour assurer une meilleure productivité à certaines entreprises locales». Pour lui, «le problème qui se pose en Algérie est cette dépendance perpétuelle de l’encadrement français». Il s’interroge, dès lors, sur cette exclusivité dont bénéficie la France au détriment des compétences des autres pays. «L’Algérie aurait pu faire appel à des managers d’origines différentes sans oublier nos cadres nationaux qui ont toutes les compétences requises pour gérer les grandes firmes nationales», soulignant «le manque de considération dont sont victimes les managers algériens qui sont souvent sous payés comparativement aux partenaires étrangers, alors qu’ils jouissent des mêmes capacités techniques et de gestion». Il déplore, dans ce cadre, «la politique de deux poids deux mesures en ce qui concerne les salaires des étrangers qui sont deux fois mieux payés que les Algériens, alors qu’ils occupent les mêmes postes de responsabilité». Quant à la décision des autorités de mettre fin aux contrats  de la RATP et de Suez, Benyahia estime qu’«il est très tôt pour juger la portée de cette mesure. Il faut attendre pour voir l’efficacité de cette alternative, d’autant plus qu’il n’est pas exclu de trouver des dossiers en suspens et des zones d’ombre dans la gestion des partenaires étrangers écartés». De l’avis de cet expert, «le retard des autorités pour mettre fin à cette assistance peut s’avérer préjudiciable pour leurs successeurs, notamment si ce départ n’a pas été minutieusement étudié».
 Assia Boucetta

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benbouzid, présidera, le 04 mars à partir de 8h30, à l’hôtel Sofitel, la célébration de la Journée mondiale contre l’obésité qui aura pour thème «L’obésité, un facteur de risque redoutable, notamment avec la Covid-19».

Radio DGSN
L’émission Li Amnikoum de l’espace radio de la Sûreté nationale, diffusée sur les ondes de la Chaîne 1 à 15h, sera consacrée le 04 mars au «danger de l’angle mort et l’importance de l’usage des rétroviseurs externes».

Palais de la culture
Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, le Palais de la culture, Moufdi-Zakaria organisera, le 6 mars à 13h, deux expositions, l’une artisanale et, l’autre, de beaux-arts féminins.


Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh lance des ateliers d’initiation au chant ouverts dans les répertoires traditionnels et universels. Les inscriptions auront lieu jusqu’au 15 mars 2021.


DGF
La Direction générale des forêts célébrera, le 3 mars à 9h30, à la réserve de chasse de Zéralda, la Journée mondiale de la vie sauvage.

UGCAA
L’UGCAA organisera, le 3 mars à 9h30, au siège de l’Union, une conférence sur l’impact de la Covid-19 sur les crèches et les maternelles.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept