Code électoral : L’acte politique réhabilité
Search
Vendredi 05 Mars 2021
Journal Electronique

Les partis politiques se sont mis à l’heure des consultations autour de la première mouture du code électoral. Ils ont un délai de 10 jours pour remettre leurs propositions à la présidence de la République. 

Pour participer à ce processus, ils ont dans leur majorité mis en place des commissions internes pour élaborer des propositions susceptibles d’enrichir davantage cet avant-projet, tant attendu par la classe politique. Fatma-Zohra Zerouati, présidente du parti TAJ, a réuni, hier, les bureaux de wilaya pour mener une concertation nationale sur cette mouture et finaliser par la même toutes les propositions du parti sur les contours de cet avant-projet. Elle a annoncé qu’elle animera un point de presse demain matin pour évoquer justement les appréciations de son parti concernant ce premier document et les soumettre après à la présidence de la République. Zerouati a salué le contenu de cette mouture mais elle a estimé que dans la pratique, ce n’est pas aussi simple. Elle a ciblé la parité instaurée dans ce texte et les listes ouvertes dont l’application implique, selon elle, le changement des mentalités et de nouvelles pratiques politiques.

«Le taux d’analphabètes est important dans notre pays, et les femmes engagées en politique se font rares. Vous devez savoir que dans le passé, les femmes étaient payées pour être inscrites sur les listes. Elles ne mettaient même pas leurs photos sur les listes. Cela dit, les nouveautés introduites sont courageuses, et il faudrait préparer le cadre approprié pour leur application. Je salue les personnes qui ont conçu cette mouture contenant des points très positifs, mais maintenant, il faut bousculer la société algérienne pour aller vers un changement réel. Pour bannir à jamais l’argent sale, il faudrait du temps et de la rigueur. Ce qui passe en premier lieu par une moralisation de la politique d’une façon générale», a-t-elle expliqué, soulignant, par ailleurs, que la suppression de la condition des 4% n’a pas de sens car elle se fera au détriment du long travail accompli par les anciennes formations politiques. Zerouati pense qu’il faut modifier le pourcentage en fonction des sièges à glaner et de l’importance du scrutin à engager. Un démarrage à zéro risque de mener vers des dérapages, a-t-elle mis en garde.
Habib Brahmia, chargé de la communication du parti Jil Jadid, a indiqué, pour sa part, que son parti a reçu il y a quatre jours la mouture et c’est la commission juridique du parti qui va s’occuper de préparer les propositions à remettre à la présidence de la République. Cependant, notre interlocuteur a donné une petite lecture du projet en disant que le changement de mode de scrutin est une excellente décision dans la mesure où il sera question d’opter pour des listes électorales ouvertes. De l’autre côté, il regrette le maintien de l’exigence des 4 %. Ce qu’il qualifie de «chose anormale et illogique» car il est inadmissible, pour lui que des élections post-hirak puissent avoir comme référence les élections de 2017 qui manquaient cruellement de transparence. «D’ici à jeudi, nous transmettrons nos propositions à la Présidence», a-t-il annoncé. Safi Laârabi, chargé de la communication au RND, a fait savoir, lui aussi, que son parti a actionné la commission des affaires juridiques pour étudier la première mouture du code électoral et préparer les propositions y afférentes. Un atelier a été ouvert à cet effet et des questionnaires ont été envoyés à la base pour collecter leurs suggestions. Dès leur réception, une rencontre nationale sera organisée pour s’entendre sur les propositions à soumettre à la présidence de la République. Il a souligné dans ce sillage que le parti veut surtout avoir un avis sur l’article 189 relatif à l’introduction des listes ouvertes.
Mohamed Ammari, chargé de communication du FLN, a lui également confirmé la mise en place d’un groupe de travail bien avant la réception de la première mouture du nouveau code électoral. «Ce groupe finalisera son travail aujourd’hui, lequel sera soumis au bureau politique qui se réunira à son tour les deux prochains jours pour corriger et finaliser le dernier rapport à transmettre à la présidence de la République», a-t-il indiqué, en expliquant que la soumission de la mouture du code électoral aux partis politiques traduit un engagement du chef de l’Etat. Ce qui confirme qu’il considère les partis «comme ses véritables partenaires politiques en ce qui concerne notamment les élections». Mohamed Bardadi, cadre au sein du Mouvement Ennahda, a lui aussi affirmé que son parti s’est attelé à étudier le contenu de ce projet renfermant 310 articles. «C’est un projet plutôt technique et non idéologique. Ce texte renferme à la fois des points négatifs et positifs.
Concernant l’article 20 relatif à l’Autorité nationale indépendante des élections, nous pensons que la désignation de ses membres par le chef de l’Etat est de nature à porter atteinte à son indépendance. Cette instance ne doit pas dépendre du bon vouloir du président de la République. Le parti a émis des réserves aussi sur l’article 86 concernant le financement de la campagne électorale par l’Etat au profit des jeunes. Nous aimerions savoir que si les jeunes adhérents des partis et non indépendants sont concernés par cette disposition. Le seuil des 4% doit être supprimé également, et il y a aussi l’article relatif à la parité qui risque de susciter des problèmes dans une société assez conservatrice», a-t-il expliqué. Bardadi a salué, cependant, la décision d’opter pour des listes ouvertes.
nKarima Alloun

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Pr Abderrahmane Benbouzid, présidera, le 04 mars à partir de 8h30, à l’hôtel Sofitel, la célébration de la Journée mondiale contre l’obésité qui aura pour thème «L’obésité, un facteur de risque redoutable, notamment avec la Covid-19».

Radio DGSN
L’émission Li Amnikoum de l’espace radio de la Sûreté nationale, diffusée sur les ondes de la Chaîne 1 à 15h, sera consacrée le 04 mars au «danger de l’angle mort et l’importance de l’usage des rétroviseurs externes».

Palais de la culture
Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, le Palais de la culture, Moufdi-Zakaria organisera, le 6 mars à 13h, deux expositions, l’une artisanale et, l’autre, de beaux-arts féminins.


Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh lance des ateliers d’initiation au chant ouverts dans les répertoires traditionnels et universels. Les inscriptions auront lieu jusqu’au 15 mars 2021.


DGF
La Direction générale des forêts célébrera, le 3 mars à 9h30, à la réserve de chasse de Zéralda, la Journée mondiale de la vie sauvage.

UGCAA
L’UGCAA organisera, le 3 mars à 9h30, au siège de l’Union, une conférence sur l’impact de la Covid-19 sur les crèches et les maternelles.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept