Banques : le client n’aura plus à justifier le montant de ses dépôts ou ses retraits d’argent
Search
Samedi 22 Février 2020
Journal Electronique

Les banques n’auront plus à demander des justificatifs à un client 48 heures après le dépôt de son argent, à la faveur d’une instruction permettant de tracer le mouvement des capitaux et d'identifier leur origine, a annoncé mardi le gouverneur de la banque d’Algérie, Mohamed Loukal

Le gouverneur qui répondait mardi aux questions des députés suite à un débat enclenché après la présentation du rapport conjoncturelle de la situation macroéconomique du pays pour les deux exercices 2016/2017, a indiqué que la Banque d'Algérie (BA) promulguera incessamment  une nouvelle instruction permettant de tracer le mouvement des capitaux et d'identifier leur origine, a indiqué mardi à Alger le Gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Mohamed Loukal, relevant que les fonds en circulation dans le marché parallèle varient entre 2500 milliards DA et 3000 milliards DA. 

M. Loukal a précisé que cette nouvelle instruction s'inscrivait dans le cadre du renforcement de l'efficacité de la loi en vigueur relative à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, et qui a connu, selon lui, "une application restreinte". L'instruction permettra d'identifier le client et l'origine des fonds 48
heures après le dépôt, et ce à travers "un guichet des renseignements financiers", passé ce délai (48 heures) les fonds pourront circuler dans le réseau bancaire.
"Une fois cette instruction promulguée, le client ne sera plus questionné sur l'origine des fonds qu'il souhaite déposer ou retirer. La procédure sera effectuée par des organes spécialisés", a ajouté M. Loukal, relevant que les agents des guichets concernés par le dépôt des fonds suivront une formation spéciale leur permettant de mettre en úuvre les dispositions de cette instruction. 

Le gouverneur a fait savoir que la Banque d’Algérie a enregistré plusieurs doléances dans ce sens de la part des clients comme elle a eu à constater « des dépassements » de la part de certaines banques tatillonnes. Mais pour le Gouverneur cela ne signifie pas que les banques doivent rester passives face à des dépôts douteux. En cas de suspicion, elles doivent  recourir aux renseignements financiers pour faire l’enquête. Ceci en application des lois relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Selon lui, les agents de guichet des banques vont être formés dans ce sens.    

                                                            Changement des billets de 1000 et 500 DA et de la pièce de 100 DA

Répondant à plusieurs députés qui ont demandé le changement de la monnaie nationale pour aspirer les milliers de milliards de dinars du marché informel, Loukal a affirmé que cette question n’est et ne sera pas à l’ordre du jour de la Banque d’Algérie. «Il n’est pas question de changer la monnaie nationale » a, t-il précisé soulignant que ceci engendrera des effets très négatifs sur la politique monétaire du pays. Il a cité l’exemple de l’Inde qui a vécu une grave crise suite au changement des billets de 500 Roupie.

Cependant, il a annoncé le changement formel de certains billets citant ceux de 1000 et de 500 dinars et la pièce de 100 dinars. «  Nous allons commencer par ces trois monnaies », a-t-il dit indiquant que ces derniers sont en circulation depuis 30 ans et depuis n’ont fait l’objet d’aucune modification. Il a souligné que c’est par précaution sécuritaire que ces changements vont être opérés. Et pour cause, ces billets sont, selon lui, facile à falsifier. Il a précisé que ces nouveaux billets refléteront le développement économique et l'image moderne de l'Algérie. Le changement se fera donc dans la forme. De ce fait, le gouverneur a signalé qu’il ne faut pas s’attendre à ce que cette opération ait un impact sur le marché informel. « L‘Eradication de ce phénomène est liée à d’autre paramètre comme la lutte contre la surfacturation, l’évasion fiscale et le déséquilibre du marché des biens et des services », a-t-il soutenu.

Concernant justement la suppression du marché parallèle de la devise, Loukal a répondu : « S’il n’y avait pas de client et de vendeur il n’y aurait pas de marché ». Et de relever que ce marché est alimenté, entre autres par des personnes qui fuient les impôts. « L’Eradication du marché informel de la devise dépend de la lutte contre l’économie informelle », a-t-il expliqué, soulignant « qu’il viendra le jour où ce marché soit fermé mais avec l’effort de tous ».

En attendant, la révision à la hausse du taux de change officiel au niveau des banques, fixé à 130 DA pour un Euro n’est pas pour demain. « Ce n’est pas une priorité », a-t-il dit, soulignant que la situation des réserves de changes de notre pays ne permet pas une telle mesure. Et d’ajouter : «La   devise ne sera dépensée que pour des priorités ».

L’autre précision de taille de Loukal: la banque d’Algérie n’a pas procédé à la dépréciation de la monnaie nationale malgré les pressions du fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. «  Nous avons au contraire consolidé la valeur du dinar et nous poursuivrons cette politique si nécessaire», a-t-il soutenu. Il a rappelé que la valeur du dinar a connu une relative stabilité durant le deuxième semestre de 2016 et au premier semestre de 2017.

Par ailleurs, Loukal a fait savoir que l’Algérie n’a pas eu recours à l’endettement extérieur et n’a reçu aucun dollar du FMI même si elle y a placé 5 milliards de dollars il y a quelques années dans le cadre des engagements des pays membres de cette organisation.

Au sujet de la situation monétaire interne, le Gouverneur a affirmé qu’elle n’est pas assez alarmante.   Le manque de liquidité des banques a été l’autre problème soulevé par des députés.   Sur ce, le ministre a fait savoir que la masse monétaire en circulation est de l‘ordre de 14 575 milliards de DA à fin 2017 contre 13 817 milliards de fin 2016, dont 32,8% sont hors circuit bancaire, soit 4.780 milliards de DA. Entre 2500 et 3000 milliards de DA circulent dans le marché informel et entre 1500 et 2000 milliards de DA sont stockés par les opérateurs économiques et les ménages. «  Ce sont des chiffres réels et officiels », a-t-il répondu aux experts qui « clame a chaque fois l’inexistence de chiffre exacte sur le montant d’argent hors circuit bancaire».

Wassila Ould Hamouda

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Conférence-débat sur Larbi Tébessi

      Les participants à une conférence historique consacrée à cheikh chahid Larbi Tébessi, tenue lundi dernier à l’université de Tébessa, ont appelé à consacrer davantage d’études et de recherches à cette figure emblématique du réformisme et du nationalisme algérien contemporain. «L’association des oulémas algériens, dirigée par Larbi Tébessi à une époque cruciale de l’histoire nationale, a contribué à la formation de la génération des moudjahidine artisane de la Révolution de Novembre,

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de l’Agriculture
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari, préside,  le 22 février  à 9h, à Bordj El Kiffan (Alger), l’ouverture du forum national pour la jeunesse et l’agriculture.

SEAAL
La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger organise  le 22 février, à10h, au niveau de la direction générale, une conférence de presse et une visite de chantier.

Fondation Casbah
A l’occasion de la Journée nationale de La Casbah, la fondation Casbah animera, le 23 févrierà 10h, en son siège, une conférence sous le thème «La situation actuelle de la Casbah».

 

HCA
Le Haut-Commissariat à la langue amazigh organise, depuis  le 21 février  à Ghardaïa, la célébration de la Journée internationale de la langue maternelle.

 

Salon de la logistique
Le 4e symposium international sur la trans-logistique, le transit et l’entreposage des marchandises se tiendra le 29 février, à Alger, sous le thème «la logistique à l’ère du digital».

Edition Chihab
Les éditions Chihab organisent le 22 février  à 14h une rencontre-débat intitulée «Hirak, de la révolte à la révolution», avec Rachid Sidi Boumedine, Mahdi Boukhalfa, Karima Aït- Dahmane et plusieurs auteurs de «Marcher», ouvrage coordonné par Amin Khan.

Musée du Moudjahid
Le Musée national de moudjahid organise 24 février, à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 443e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

HCI
Le Haut-Conseil islamique organise, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou Arréridj, le colloque international Mohamed El Arabi Ben Etebani intitulé «la connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

RND
Le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique, Azzedine Mihoubi, préside le 22 février à 10h, au siège du parti, la cérémonie de célébration du de 23e anniversaire de la création de RND.

FAN
Le Front de l’Algérie nouvelle organise, aujourd’hui à10h, au siège du parti; à l’occasion du 1er anniversaire du hirak, une conférence de presse animée par son président, Ahmed Benabdesslam.

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept