Nourredine Louhal, journaliste-écrivain: «Le ministère de la Culture doit prendre en charge les salles de cinéma»
Search
Vendredi 10 Juillet 2020
Journal Electronique

Passionné du patrimoine culturel algérien, le journaliste-écrivain Noureddine Louhal vient de publier aux éditions Aframed un livre intitulé «Sauvons nos salles de cinéma, Acte II», ouvrage dans lequel il reprend et enrichit son premier opus «Sauvons nos salles de cinéma», publié en 2013 dans le cadre du Festival national culturel du film amazigh. L’auteur explique le pourquoi de ce livre mais aussi livre ses impressions sur l’état déliquescent du patrimoine cinématographique national.

Vous avez choisi de rééditer un livre que vous avez déjà publié sous le titre «Sauvons nos salles de cinéma». Pourquoi?

Ce n’est pas une réédition. J’aurais aimé qu’il soit réédité mais la manière dont il a été écrit la première fois, il ne se limitait qu’à Alger, Oran et Constantine. J’ai préféré le réécrire pour pourvoir intégrer les techniques qui envahissent chaque jour la scène artistique mais aussi pour parler des salles rouvertes à Alger et inclure les salles de banlieue en plus de Boufarik, des villes de la Kabylie comme Tadmaït et Draa Ben Khedda ainsi que Sétif et Tébessa. Ce nouvel ouvrage contient une foule d’informations qui peuvent servir au cinéphile ainsi que des dates importantes qui ont marqué le 7e art algérien.

De quel aspect parlez-vous dans ce nouvel ouvrage? Est-ce un constat ou simplement un inventaire des salles obscures algériennes?

Le titre est «Sauvons nos salles de cinéma, Acte II». Je dresse un constat mais aussi l’apologie de ses institutions qui ont égayé notre jeunesse. Le constat comme vous le savez est peu reluisant et ne prête pas à l’optimisme. Il y a des salles qui risquent de disparaître définitivement comme «Le Marivaux», «Le Lux». Au-delà du constat que tout le monde sait, mais dont on ne parle que très peu, je fais l’apologie et je pars en guerre contre ceux qui prétendent qu’aujourd’hui il ne sert à rien d’aller au cinéma du fait que tout est à portée de main sur les différents supports audiovisuels modernes. Un discours sciemment entretenu pour fermer ces salles et les consacrer à d’autres activités commerciales.

Votre ouvrage est également empreint d’une pointe de nostalgie...

Effectivement, je raconte les moments forts d’Alger, mais aussi Oran où la salle «L’Escurial» était la vitrine du cinéma arabe, où ont aussi défilé des stars de la chanson égyptienne. J’évoque aussi la cinémathèque, un haut lieu de débat autour du cinéma ainsi que les grands titres qui ont secoué la tranquillité d’Alger. Une époque révolue mais qui pourrait ressusciter avec de la volonté et du travail.

L’Algérie abrite annuellement quelques festivals du cinéma, mais les salles de cinéma restent fermées à ce nombre important de films projetés durant ces festivals. Qu’en pensez-vous ?  

La contradiction est criante. A l’heure où l’on inaugure le festival du cinéma engagé, il n’y a aucune salle à Alger, en dehors des salles de Riadh El-Feth, pour abriter cet événement important. Pour reprendre Merzak Allouache, «A quoi sert de faire des films pour qu’ils finissent dans des cartons». Au-delà de l’avant-première, le film disparaît et est stocké dans une quelconque cave.

Qu’en est-il de la gestion des salles de cinéma?

Les salles pourraient retrouver la fréquentation du public si on les retire à ces pseudos gérants privés qui projettent des matchs de football de ligues étrangères. Les salles doivent être prises en charge par le ministère de la Culture qui a le pouvoir et l’argent et qui doit les confier à des gens de métier ou à des coopératives de gestion.

Entretien réalisé par Hakim M.

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Parlement
La session ordinaire 2019-2020 des deux chambres du Parlement sera clôturée le 09-juillet  à partir de 10h30 à l’Assemblée populaire nationale.

 

Exposition  virtuelle
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept